Journée mondiale sans Tabac : ACONTA plaide pour l’application des lois au Burkina Faso

06/06/2019
00:00

Le 31 mai 2019, le Burkina Faso à l’instar des nations du monde a commémoré, la Journée mondiale sans tabac. Cette année au pays des Hommes intègres, cette commémoration a été marquée par une conférence de presse de l’association ACONTA, présidée par son coordonnateur Salif Nikiema sous le thème:«Tabac et santé pulmonaire».

La célébration de la Journée mondiale sans tabac 2019, se penchera plus sur les risques et dangers liés à la consommation du tabac. Elle se ferra à travers un certain nombre d’activités. Il y aura entre autres, la sortie médiatique du ministre de la Santé sur la question, des sorties de sensibilisation dans les maquis et les boîtes de nuit, des consultations pour ceux qui désirent arrêter. Enfin, des interviews et des émissions radios et télé. Le coordonnateur de l’ACONTA, Salif Nikiéma a insisté sur la nécessité de l’application de la loi. «Les textes sont clairs, il est interdit de fumer dans les lieux publics. Et selon les chiffres de l’OMS, le nombre d’enfants mourant par an d’infections des voies respiratoires est de 165000, suite à l’exposition à la fumée du tabac, d’où le choix du thème:«Tabac et santé pulmonaire». Au Burkina Faso, le tabac tue chaque année plus de 4800 personnes plus que le paludisme. Au regard des efforts consentis pour lutter contre le phénomène, nombreux sont les défis à relever. De ce fait, il s’avère nécessaire d’interpeller la ministre de la Santé à œuvrer pour la santé et le bien-être des populations, par la lutte contre le tabac et le tabagisme. Egalement le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, à rester ferme pour faire adhérer les industriels du tabac au Burkina Faso. Aussi, il faut noter que le Burkina Faso dispose plus de deux ans d’une unité de sevrage tabagique. Cette unité aide les jeunes à ne plus dépendre au tabac. Et enfin, l’appel est lancé à la police nationale de systématiser les contrôles, allant dans le sens d’interdire systématiquement de fumer dans les lieux publics. Pour eux, tous les acteurs doivent mettre la main dans la pâte pour l’aboutissement de la lutte. Selon ACONTA, les résultats sont encourageants car les gens fument de moins en moins dans les lieux publics.

Firmin OUATTARA



198
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Soutiens à la lutte contre le Coronavirus, il faut de la transparence

Il y a de cela quelques jours, les premiers soutiens au gouvernement pour lutter contre la maladie à Coronavirus ont commencé à tomber. Certains d'entre ...

27/03/2020

Le problème, c’est nous et non les Forces de défense et de sécurité

A peine Remis Fulgance Djandjinou a-t-il dit qu'il apporte son soutien aux Forces de défense et de sécurité qui sont accusées de tortures contre ceux qui...

26/03/2020

C’est notre comportement qui a commandé le confinement

«Il va sans dire que toutes les mesures prises feront l'objet d'une évaluation périodique, pour les ajuster constamment à l'évolution de la pandémie». Ai...

25/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:48:49