La course d’un mile pour les élèves du primaire : Parcourir 1 km 600 pour inspirer les enfants à faire le sport

06/06/2019
00:00

La section/Houet de la Fédération burkinabè d’athlétisme a organisé ce mercredi 5 juin 2019 une course d’un mile pour les élèves dans les écoles primaires de la ville de Bobo-Dioulasso. C’était à l’occasion du «Run 24-1», festival de la course à pied célébré chaque année par l’International association of athletics fédérations (IAAF).

«Encourager le monde à bouger». C’est l’objectif de cette campagne mondiale intitulée «Run 24-1» organisée par l’International association of athletics fédérations (IAAF) à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la course à pied. La Fédération burkinabè d’athlétisme, membre de l’IAAF, veut intégrer et promouvoir la course à pied dans les habitudes de sa population, surtout la frange jeune. Mais sans exclure les personnes âgées qui peuvent également participer à la commémoration. Ainsi, a-t-elle confié l’organisation de cette Journée à sa ligue des Hauts-Bassins.

Dans le quartier «Bobo 2010» de la ville de Bobo-Dioulasso, la Ligue d’athlétisme des Hauts-Bassins a réuni plus de 2000 élèves pour parcourir la course d’un mile soit une course d’une distance de 1 km 600, intitulée «Kids’Mile Run». Ces élèves sont venus du bloc de l’école Colma Nord, composé de trois écoles (Colma Nord A, B et C). Placide Sawadogo, Secrétaire général de la Ligue d’athlétisme des Hauts-Bassins explique le choix des enfants pour l’organisation de cette course : «les enfants sont les futurs bâtisseurs de la nation donc, il faut les préparer au sport». C’est pourquoi, dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de la course à pied, l’occasion est bonne à saisir pour initier les enfants des écoles primaires à cette discipline. Selon le Directeur de l’école Colma Nord A, Eric Zio, «on ne sait pas d’où sort un champion et par quoi naît un champion». De même a-t-il apprécié les avantages psychiques qui résultent de cette activité. Entre autres, «un défoulement pour les enfants et une situation de relaxe pour ceux de la classe de CM2, à environ une semaine de l’examen du Certificat d’études du primaires (CEP). En plus de la socialisation favorable au vivre ensemble entre les élèves».

Fatimata BELEM



117
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Crise foncière, comme s’ils n’en ont plus peur

Tout le monde est unanime, la prochaine crise qui va secouer sérieusement et durablement le Burkina Faso, c'est bien la crise foncière. Malgré la sensi...

05/06/2020

Présidentielle et législatives, l’opposition coince le pouvoir

La présidentielle et les législatives se tiendront à bonne date. Avait déclaré Simon Compaoré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP...

04/06/2020

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:46:31