Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Situation nationale, la démission de Roch est-elle la solution ?

06/06/2019
00:00

Ablassé Ouédraogo est convaincu que Roch qui devait être la solution aux préoccupations des Burkinabè en est devenu le problème. Aussi, le président du Faso Autrement, ne cesse à travers des déclarations de demander la démission du président Roch Marc Christian. Il égrène entre autres raisons, les attaques terroristes, le vivre-ensemble qui est menacé, les revendications tous azimuts des agents de la Fonction publique, la fermeture de plus de 1933 écoles et établissements du post-primaire et du secondaire mettant dans la rue 326 152 élèves et affectant 9 042 enseignants, plus de 161 217 déplacés internes du fait de la menace terroriste… A en croire Ablassé Ouédraogo, tous ces faits sont du fait du président Roch Marc Christian dont la gouvernance ne serait pas à la hauteur des préoccupations des Burkinabè. Aussi, seule sa démission pourrait permettre de leur trouver des solutions. Ce qui semble tout simple tout beau !

De son côté, à Dédougou où il rencontrait les militants de son parti, Zéphirin Diabré, président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a déclaré que «jamais le Burkina ne s’était porté aussi mal sous la gouvernance du pouvoir de Roch et de son parti le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP)». Sans le dire, la solution selon Zéphirin pourrait se trouver dans le départ de Roch. Puisque, apparemment, il n’est pas à la hauteur. Ce qui est aussi simple!

Qu’adviendrait-il si demain Roch Marc Christian Kaboré annonçait sa démission de la Présidence du Faso? Même s’il évoque l’article 43 qui organise l’après-démission ou tout autre empêchement du président du Faso à exercer ses fonctions, il est évident que le pays va basculer dans une instabilité politique qui pourrait saper tous les fondements de la République. On l’a vu avec la démission de Blaise Compaoré qui avait pris soin d’évoquer le même article 43. Mais, personne ne l’a suivi et le reste, on le connaît.

Dans tous les cas, si tant est que c’est Roch le problème du Burkina, et qu’en plus c’est lui qui a créé les problèmes autant l’emmener (au besoin par tous les moyens) à y trouver des solutions avant de partir! A moins que ces problèmes ne soient causés par d’autres Burkinabè pour justement demander son départ, apporter les solutions qu’ils ont sous la main et les brandir comme des trophées de guerre juste pour faire croire que ce sont eux les héros du moment!

Ce dont il est mieux de convenir, c’est que la démission du président Roch Marc Christian Kaboré n’est nullement la première solution aux préoccupations des Burkinabè. Au contraire! Les Burkinabè refusent de regarder les problèmes en face et font tous semblant en attendant 2020. Qui ne sera pas la panacée car, tant qu’on ne décidera pas de parler tous le même langage et de crever l’abcès et de poser les vrais problèmes, nous serons toujours prompts à nous accuser mutuellement. Alors que nous sommes tous responsables. Même après 2020, si Roch n’est pas réélu, il n’est pas évident que la situation change si nous continuons sur la même lancée. La politique à elle seule, le ôte-toi que je m’y mette, le moi ou rien, l’intolérance, la haine… n’ont jamais été des solutions.

Dabaoué Audrianne KANI



14
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Réfugiés internes, une bombe à retardement

Des Burkinabè ont quitté leurs villages, disent-ils, pour des raisons de sécurité. Aussi, de leur propre gré, ils ont élu domicile dans des écoles à Ou...

20/06/2019

Réquisitions du parquet, ce n’est pas encore le verdict

Le parquet militaire, dans le cadre du procès du coup d'Etat du 15 septembre 2015 a fait ses réquisitions. Qui, il faut le souligner avec force, n'ont ...

19/06/2019

Banfora, le trône de Fadouga qui menace le vivre-ensemble

Il semble que tout était mis en œuvre pour en arriver-là. Des morts, des dégâts matériels importants, des populations divisées, une ville sous tension....

18/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:17:08