Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


A 2 commentaires Ajouter un commentaire

Ivoirité, Bédié a remis les pieds dans les plats

10/06/2019
00:00

Incorrigible ? Amnésique ? Où tout simplement parce que c’est dans son sang ? Henri Konan Bédié a encore mis les pieds dans les plats. En invitant publiquement à la haine de l’étranger en Côte d’Ivoire. Exactement comme il l’avait fait dans les années 1993 après le décès, cette année du président Félix Houphouët-Boigny.

- « … On fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages… » ;

- « … Il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire, sous le couvert de l’orpaillage … » ;

- « D’autres ont fait venir clandestinement … surtout dans la commune d’Abobo ; les gens rentrent, on leur fait faire des papiers … » ;

- « … Nous avons fait venir des étrangers dans nos plantations de café, de cacao ; et ensuite, les gens se sont installés à leur propre compte, et aujourd’hui, ils agressent les planteurs ivoiriens et se disputent même la propriété des terres » ;

- « … Il faut que nous réagissions pour que les Ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux, car actuellement on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui. Mais les Ivoiriens n’accepteront jamais cela… ». Sont les propos de Henri Konan Bédié tenus le 5 mai dernier au cours d’une rencontre organisée à Daoukro, son village natal. Des propos qui rappellent étrangement sa fameuse ivoirité qui elle aussi, invitait à la haine de l’étranger. La suite, on l’a connue. Des milliers de soi-disant étrangers ont été tués, blessés, dépossédés et chassés de la Côte d’Ivoire. Le summum de tout cela a été la rébellion en 2002 et la guerre civile post-électorale de 2010 qui a occasionné plus de 3000 morts. Si Henri Konan Bédié a oublié, les Ivoiriens non. La communauté internationale non plus. Aussi, faut-il saluer le communiqué du porte-parole du gouvernement ivoirien qui a nettement condamné cette sortie malheureuse d’un ancien président qui devait être plus sage et servir d’exemple.

Ces propos sont d’autant plus malheureux, inconcevables et irresponsables qu’ils sont tenus non seulement à la veille des élections présidentielles, mais surtout au moment où la Côte d’Ivoire connaît (encore) des conflits intercommunautaires inquiétants. Henri Konan Bédié qui prétend être candidat en 2020 et de ce fait président de la Côte d’Ivoire mesure-t-il vraiment sa responsabilité ? Certainement que non. C’est d’ailleurs pour cela que la classe politique ivoirienne et l’ensemble des organisations de défense de droits de l’Homme doivent se lever et dénoncer de tels dérives.

Il est de plus en plus évident (en Côte d’Ivoire) comme partout ailleurs sous nos tropiques...politiques, qu’il doit être mis fin à la carrière politique d’une certaine classe politique qui n’a visiblement plus rien à proposer. Une classe politique dont le premier objectif est incontestablement d’arriver au pouvoir, quel que soit le moyen par lequel on y arrive.

En Côte d’Ivoire, tant que Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo seront sur le terrain politique, pour juste régler leurs problèmes de personnes, le pays ne sera jamais en paix. Car en lieu et place de véritables projets de développement pour leur pays, ils ont des comptes personnels à se régler. Ce qui est bien dommage pour des personnes qui devraient réellement inspirer la jeunesse.

Dabaoué Audrianne KANI



11
Partager sur Facebook

B Commentaires - Ajouter un commentaire - Voir tous les commentaires (2)
D
Posté par - 10/06/2019 à 16:43:47
Pertinente comme analyse
D
Posté par - 10/06/2019 à 15:55:35
Analyse pertinente

Recherche

Derniers articles

Réfugiés internes, une bombe à retardement

Des Burkinabè ont quitté leurs villages, disent-ils, pour des raisons de sécurité. Aussi, de leur propre gré, ils ont élu domicile dans des écoles à Ou...

20/06/2019

Réquisitions du parquet, ce n’est pas encore le verdict

Le parquet militaire, dans le cadre du procès du coup d'Etat du 15 septembre 2015 a fait ses réquisitions. Qui, il faut le souligner avec force, n'ont ...

19/06/2019

Banfora, le trône de Fadouga qui menace le vivre-ensemble

Il semble que tout était mis en œuvre pour en arriver-là. Des morts, des dégâts matériels importants, des populations divisées, une ville sous tension....

18/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:15:47