Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Mouvement d’humeur au village artisanal de Ouagadougou : « Nous sommes en train d’aller vers la mort du village si rien n’est fait »

13/06/2019
00:00

Le personnel administratif du Village artisanale de Ouagadougou, composé de 13 travailleurs observe du 12 au 14 juin 2019 un sit-in. Objectif, revendiquer une amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

 

Le village artisanal de Ouagadougou est un lieu de commercialisation et de formation des artisans au Burkina Faso. Ce village existe depuis 2000 et les premiers artisans se sont installés en octobre 2000. Ce sont environ 500 artisans qui y produisent et exposent leurs œuvres. Selon le porte-parole du personnel administratif du village artisanal de Ouagadougou, depuis sa création, le village est confronté à d’énormes problèmes. Il s’agit notamment d’un manque de statut juridique, de statut du personnel et un problème financier. Egalement aux dires du porte-parole, les activités du village artisanal sont au ralenti. Toujours selon lui, le village fonctionne sur les 10 à 15% de majoration qui est faite sur les produits des artisans, les locations des ateliers, et aussi à travers la subvention de l’Etat qui était à hauteur de 34 millions de FCFA. Mais malheureusement, cette subvention a été depuis quelques années revues à la baisse. De 34 millions de FCFA, elle est passée à 5 millions de FCFA. A cela s’ajoute le manque d’activités. Abraham Diao a ainsi confié: «Cette année on a eu 5 millions de FCFA, mais les deux années précédentes, on a rien eu comme subvention. Depuis 3 ou 4 ans, nous n’avons pratiquement pas d’activités, aucune activité ne se mène ici. A ce rythme, nous sommes en train d’aller vers la mort du village si rien n’est fait». Au regard de cette situation, le personnel administratif du village interpelle le gouvernement et leurs responsables afin qu’ils puissent mettre fin à cette condition et permettre la relance des activités du village artisanal. Par ailleurs, Abraham Diao a indiqué qu’ils ont été reçus par la présidente du Conseil de gestion et également le Secrétaire général (SG) du ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat. Une rencontre était d’ailleurs prévue avec le SG du ministère dans la soirée du 12 juin. «Le dialogue n’est pas rompu, on continue toujours de discuter. A l’issue de cette rencontre, nous verrons si les propositions faites pourront nous faire fléchir», dit-il.

Aïcha TRAORE



8
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Réfugiés internes, une bombe à retardement

Des Burkinabè ont quitté leurs villages, disent-ils, pour des raisons de sécurité. Aussi, de leur propre gré, ils ont élu domicile dans des écoles à Ou...

20/06/2019

Réquisitions du parquet, ce n’est pas encore le verdict

Le parquet militaire, dans le cadre du procès du coup d'Etat du 15 septembre 2015 a fait ses réquisitions. Qui, il faut le souligner avec force, n'ont ...

19/06/2019

Banfora, le trône de Fadouga qui menace le vivre-ensemble

Il semble que tout était mis en œuvre pour en arriver-là. Des morts, des dégâts matériels importants, des populations divisées, une ville sous tension....

18/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:17:12