Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Banfora, le trône de Fadouga qui menace le vivre-ensemble

18/06/2019
00:00

Il semble que tout était mis en œuvre pour en arriver-là. Des morts, des dégâts matériels importants, des populations divisées, une ville sous tension. La peur s’en est envahie de Banfora, la cité du Paysan noir. A dire vrai, le vivre-ensemble est sérieusement mis à mal. A cause d’un trône, celui de feu Fadouga. Contrairement à ce dernier qui était un véritable homme de paix, de cohésion sociale et de consensus, ces héritiers se battent mortellement pour son trône. C’est très dommage car que de telles situations étaient encore méconnues dans cette partie du Burkina où le choix d’un chef coutumier est régi par des rituels que personne n’ose contredire. Ici, à Banfora, ce sont deux chefs qui se proclament, prétextant avoir été désignés par les mêmes pratiques coutumières. Ils ont tous été intronisés et veulent diriger le même canton. Deux chefs dans un même palais, se prévalant des mêmes mannes et des mêmes pouvoirs mystiques, Banfora ne mérite pas ça.

Aussi, même si elle n’est pas autorisée à s’immiscer dans le choix de chefs coutumiers, il revient tout de même à l’Administration d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Ce qui apparemment n’a pas été fait dans le cas de Banfora. Pourquoi l’Administration a-t-elle autorisé l’intronisation d’un second chef tout en sachant qu’un premier chef avait été intronisé et de ce fait, une deuxième intronisation pouvait conduire à des affrontements? A la veille de cette deuxième intronisation, il y a eu des affrontements, des incendies de domiciles et des tirs à balles sur le palais royal. Malgré tout, l’Administration a laissé faire. Mieux, on peut dire qu’elle n’a pas pris, suffisamment les mesures qu’il fallait pour assurer la sécurité des protagonistes. La preuve en est que dans la nuit suivant la deuxième intronisation, deux jeunes hommes ont été tués. Hier dans la journée, la tension était encore perceptible. Mais, en dehors des patrouilles des forces de défense et de sécurité, rien n’a été pris comme décision pour trouver une solution à cette crise qui divise la région des Cascades. Il faut bien noter que le premier chef intronisé avait reçu l’allégeance des chefs des villages qui constituent le canton. Il s’était même déplacé à Bobo-Dioulasso où il a rencontré le chef de canton. Qui avait à ses côtés, d’autres chefs de cantons. A la cérémonie d’intronisation du second, il y avait aussi des chefs. C’est dire que la division ne se limite pas seulement aux deux camps, mais a aussi des ramifications dans d’autres cantons et villages.

Une brèche ouverte que peuvent bien exploiter les «ennemis du peuple», adeptes des situations pourries pour nuire davantage à notre vivre-ensemble. Alors qu’il suffisait de se parler, de respecter un minimum de coutumes en la matière et la solution était toute trouvée.

La désignation et l’intronisation d’un chef coutumier ou de canton ne devraient créer autant de tension si tous les acteurs étaient de bonne foi. Malheureusement, cela ne l’a pas toujours été. Aussi, est-il temps de trouver des mécanismes pour mettre hors d’état de nuire tous ceux qui en profitent pour créer des tensions et menacer ainsi la cohésion sociale.

Dabaoué Audrianne KANI

 

 



25
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Christophe Marie Joseph Dabiré a parlé en «vrai Dagara»

Sans langue de bois, Christophe Marie Joseph Dabiré, le Premier ministre a répondu aux questions des deux journalistes qu'il avait en face de lui, ce d...

23/07/2019

Peut-on réussir une réconciliation sans Blaise Compaoré ?

C'est ce lundi que prend fin le dialogue politique initié par le président du Faso et qui a réuni autour de la table les partis politiques de l'Alliance...

22/07/2019

On ne peut construire durablement sur du faux

Le Professeur Abdoulaye Soma n'a même pas déposé, au titre de l'année 2019, de dossier de candidature à un quelconque titre au Centre africain et malga...

19/07/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:07:44