Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Chine-Burkina : ça bouge, pourvu que ça dure !

21/06/2019
00:00

Depuis la reprise des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la République populaire de Chine, on peut dire que les choses bougent. Dans beaucoup de domaines. Et comme dirait quelqu’un, pourvu que ça dure. Les faits. S’il n’y avait pas eu cette polémique autour du site du nouveau Centre hospitalier universitaire de Bobo-Dioulasso, certainement que les travaux avaient déjà débuté. Qu’à cela ne tienne, ce qu’on peut retenir, c’est que les partenaires chinois sont prêts et n’attendent que le feu vert de la partie burkinabè. Ce qui est sûr, Bobo-Dioulasso aura son Centre hospitalier universitaire. Du côté de Koudougou, des meures sont prises pour renforcer le plateau technique de cet autre hôpital afin qu’il réponde au mieux aux attentes en soins de santé des populations. L’hôpital de Tengandogo (ex-hôpital Blaise Compaoré) a lui aussi été renforcé en ce qui concerne sa capacité d’accueil et certainement son plateau technique.

Dans le domaine agricole, les Chinois ont décidé d’aider les Burkinabè. Par le transfert de technologies agricoles, mais également par l’assistance directe sur le terrain. Dans le cadre de la production rizicole, des mesures ont été prises pour renforcer et améliorer les rendements. C’est dans cette dynamique que des intrants de plusieurs tonnes et des semences ont été remis aux producteurs des deux grandes zones rizicoles que sont celles de Bama dans les Hauts-Bassins et de Bagrépôle, dans le Centre-Sud.

En attendant que ces mesures portent leurs fruits aux prochaines récoltes, les Chinois ont remis 5000 tonnes de riz afin de soutenir le gouvernement dans le cadre de plan de riposte à l’insécurité alimentaire qui guette plus de 3,7 millions de Burkinabè cette année 2019. Avant ces 5000 tonnes, 1000 autres tonnes avaient été remises pour soutenir la même cause.

Mais les Chinois, ne veulent pas nous donner seulement le poisson à manger. C’est pourquoi ils se sont inscrits dans la dynamique de nous apprendre à le pêcher. C’est certainement ce qui explique les bourses qui ont été octroyées à des étudiants burkinabè afin de leur faciliter leurs études. C’est sans aucun doute ce qui explique le don de 100 complexes scolaires dont le lancement des travaux a eu lieu le 15 juin dernier à Sondogo.

Les actions des partenaires chinois du Burkina ne se limitent pas à ces seuls domaines. Des échanges culturels et des formations scientifiques sont inscrits dans l’agenda de cette coopération bilatérale qui apparaît la plus dynamique en ce moment. D’aucuns diront que cela est normal dans la mesure où elle vient de naître. Et elle est basée sur les intérêts réciproques des deux pays et des deux peuples.

Les Burkinabè doivent certainement savoir en tirer le maximum de profit car, tout compte fait, les principaux bénéficiaires ce sont eux. Autrement dit, les Burkinabè ont beaucoup plus à apprendre avec les Chinois que les Chinois avec les Burkinabè.

Dabaoué Audrianne KANI



22
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Christophe Marie Joseph Dabiré a parlé en «vrai Dagara»

Sans langue de bois, Christophe Marie Joseph Dabiré, le Premier ministre a répondu aux questions des deux journalistes qu'il avait en face de lui, ce d...

23/07/2019

Peut-on réussir une réconciliation sans Blaise Compaoré ?

C'est ce lundi que prend fin le dialogue politique initié par le président du Faso et qui a réuni autour de la table les partis politiques de l'Alliance...

22/07/2019

On ne peut construire durablement sur du faux

Le Professeur Abdoulaye Soma n'a même pas déposé, au titre de l'année 2019, de dossier de candidature à un quelconque titre au Centre africain et malga...

19/07/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:42:47