Sport scolaire : Repenser l’activité autrement

09/07/2019
00:00

Le samedi 6 juillet 2019, Bobo-Dioulasso a abrité un panel sur le développement du sport scolaire. Des professionnels africains des sports scolaires, venus d’ailleurs et des acteurs locaux ont échangé sur cette discipline au niveau scolaire.

 

«Quelle stratégie pour le développement du sport scolaire africain»? C’est autour de ce thème central que des techniciens sportifs se sont retrouvésà Bobo-Dioulasso ce samedi 6 juillet 2019. Pour Kassoum Compaoré, encadreur pédagogique de l’enseignement secondaire, option éducation physique et sportive, président de l’organisation nationale du sport scolaire, «ce panel est organisé dans le cadre de l’organisation du tout premier championnat national à l’école primaire». Son objectif est de donner un sens et un rythme au sport scolaire. Le lancement de ce premier championnat a eu lieu à Manga lors des festivités du 11 novembre 2018. Grâce à ce championnat, chaque Circonscription d’éducation de base (CEB) a organisé des rencontres éducatives. «Nous sommes partis du fait que, l’enfant est égal au jeu. Si nous organisons des jeux avec élimination, cela voudrait dire que des enfants seront mis de côté, en train de regarder leurs camarades jouer. Alors que le jeu doit appartenir à l’ensemble des enfants. Nous sous sommes basés sur le principe de l’éducation inclusive. Alors, partant de cela, aucun enfant ne doit être mis de côté», à entendre le président national de l’organisation. A l’issue des phases régionales, qui ont donné l’occasion à tous les enfants d’être dans le jeu, les meilleures équipes des régions se sont retrouvées à Bobo-Dioulasso.

C’est donc en marge de la phase finale de ce premier championnat national à l’école primaire, que ce panel a été organisé. «Le résultat attendu au sortir du panel, c’est la transformation mentale des gens. Car beaucoup pensent que le sport scolaire, c’est la recherche d’un champion. Non! Ce panel vise à développer les valeurs qui sont cachées derrière cette pratique sportive qui ne sont pas seulement la recherche d’un champion. Le champion, oui! Mais avant qu’il ne soit champion, il faut qu’il soit bien construit. Le panel doit permettre de comprendre tout le mécanisme qui encadre ce sport scolaire», a expliqué Kassoum Compaoré. Le choix de Bobo-Dioulasso pour abriter la finale, est dû au fait que cette cité a fourni beaucoup de sportifs de haut niveau pour le Faso. La finale du prochain championnat national se tiendra dans une autre région après un tirage au sort.

Souro DAO



43
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Une fois au pouvoir, ils oublient et veulent rester

Qui aurait cru qu'une fois au pouvoir, Alpha Condé allait avoir des intentions de réviser la Constitution de son pays pour briguer un troisième mandat ...

17/10/2019

Ils ont définitivement tué et enterré Thomas Sankara

Quand on observe de près les manifestations qui sont organisées pour commémorer les dates anniversaires de Thomas Sankara, ancien président du Burkina ...

16/10/2019

Etat-Secteur privé, et pourtant ça bouge !

A écouter les discours prononcés à la cérémonie d'ouverture de la rencontre Etat-secteur privé, rebaptisée Cadre de concertation et de dialogue Etat/Se...

15/10/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:38:50