Sommet des chefs d’Etat du TAC : Blaise Compaoré s’est invité à la conférence de presse

01/08/2019
00:00

Les deux chefs d’Etat Alassane OUATTARA de la République de Côte d’Ivoire et Roch Marc Christian KABORÉ du Burkina Faso ont conjointement animé une conférence de presse à l’issue de la clôture de la 8èmeédition du Traité d’amitié et de coopération entre nos deux pays, ce mercredi 31 juillet 2019. Ils ont répondu aux préoccupations des hommes de médias concernant Sitarail, l’autoroute Yamoussokro-Ouagadougou et le retour du président Blaise Compaoré.

Au terme de ce 8ème TAC entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso plusieurs accords ont été paraphés parmi lesquels on peut retenir trois domaines à savoir les frontières, les mines et la géologie et la protection des enfants. Les relations commerciales, surtout dans le domaine des transports, n’ont pas manqué d’être soulignés. Sur la question au retard accusé par le Burkina Faso dans le ferroviaire, le président Roch Marc Christian KABORÉ a expliqué que Ouagadougou avait fait la démarche pour rencontrer les responsables de Sitarail. Selon lui deux arguments ont été avancés. Le premier est le fait que le Burkina Faso et le Ghana étaient en train de réfléchir à la construction d’un chemin de fer. Ce qui remettait en cause la viabilité de la ligne Abidjan-Ouagadougou-Tambao.

Le président du Faso explique: « Je dois rappeler que dans la projection qui a été faite, l’engagement du Burkina Faso est qu’au plus haut de sa production, nous devons porter 3 millions de tonnes de Sitarail. C’est un engagement que nous avons signé, validé à l’Assemblée nationale. Et pour nous, le projet entre le Burkina Faso et le Ghana, c’est un projet naissant. Ça ne peut pas être une raison valable». Le second argument poursuit le président du Faso «est la question du schéma financier sur lequel ils se sont fondés au départ et qui leur pose des problèmes de rentabilité et qu’ils sont en train de rechercher de nouveaux partenaires financiers pour ajuster et réaliser les objectifs». «Mais, ils sont engagés à le faire», confirme le président du Faso.

Une recommandation a été faite à la clôture du 8èmeTAC à savoir que les deux ministres des Transports des deux pays puissent écrire et parler avec Sitarail. Ce qui va permettre de l’avis du président Roch Marc Christian KABORÉ de clarifier l’ensemble de ces questions et donner les moyens pour réaliser ce programme de réhabilitation de la voie ferroviaire entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Sur la question du retour de Blaise Compaoré, le président du Faso note qu’il n’a pas fait cas de cela dans sa missive. Mais il a été question notamment lors du dialogue politique national de faire en sorte que tous ceux qui ont quitté le Burkina Faso pour des raisons politiques puissent rentrer sans préjudice. «Ce sont des questions que nous regarderons dans les prochains jours», a mentionné Roch Marc Christian KABORÉ.

Quant à son homologue ivoirien Alassane OUATTARA, il a évoqué la problématique de la construction de l’autoroute Yamoussokro-Ouagadougou, surtout le retard accusé par notre pays. Sur la question, ildit : «Nos deux ministres des transports sont en contact permanent pour que nous puissions trouver des financements ensemble pour la poursuite des travaux; pas seulement en Côte d’ivoire. Le débat est lancé au niveau de la Banque africaine de développement qui considère que ce sont des projets d’intégration importants pour la sous-région. Donc nous avons bon espoir que nos démarches conjointes pourront aboutir dans les prochains mois».

Firmin OUATTARA



56
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

100 ans du Burkina, que du chemin parcouru !

« Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l'État-nation ». C'est sous ce th...

10/12/2019

Qu’avons-nous fait, réellement, pour mériter ces médailles ?

La Nation a été reconnaissante à l'endroit de certains de ses fils et filles. Officiellement, ils ont été décorés au palais présidentiel, devant le che...

09/12/2019

Pau sera un nouveau départ contre le terrorisme au Sahel

Iront-ils, n'iront-ils pas? Le président français, Emmanuel Macron veut parler «franchement» avec les chefs d'Etat du G5 Sahel. Il veut leur demander, ...

06/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





08:59:55