Activités socio-éducatives et culturelles : Deux associations unissent leurs forces

02/08/2019
00:00

Pour rendre les services sociaux de base plus accessibles, Ouagadougou a abrité la signature d’une convention de partenariat entre l’association Dunia La Vie-Burkina (ADLV-B) et l’association de développement, de promotion et de co-gestion/Maison des jeunes, des cultures et des associations (ADEPCO/MJCA).

Ouverte par l’association Dunia La Vie-Burkina (ADLV-B), la Maison des jeunes, des cultures et des associations (MJCA) a pour missions de répondre au déficit en infrastructures socio-éducatives et culturelles. Et aussi de contribuer à la décentralisation des services de base et rendre les services sociaux de base accessibles. Son équipe s’est étoffée au fur et à mesure de sa structuration et de son développement. Le 4 avril dernier les membres de cette équipe ont constitué l’association «Association de développement, de promotion et de co-gestion de la MJCA- ADEPCO/MJCA». C’est dans cette optique, qu’une convention de partenariat a été signée entre Yasmina Badolo, directrice de l’association Dunia La Vie-Burkina (ADLV-B) et Hamidou Salogo, directeur de l’association de développement, de promotion et de co-gestion/Maison des jeunes, des cultures et des associations (ADEPCO/MJCA). Cette convention a pour objet de définir les modalités du partenariat et les principaux domaines de collaboration, de spécifier les modalités de fonctionnement des projets mis en œuvre et de spécifier les engagements de chacun. Ces deux structures partagent des objectifs communs, inscrits dans leurs statuts respectifs qui sont de mettre en place, accompagner, développer, promouvoir et soutenir des projets participant au changement social. Et aussi à la promotion du genre. A compter de cette signature de convention, l’ADEPCO/MJCA assure la gestion quotidienne de la MJCA. Et l’ADLV-B assure l’accompagnement de la mise en œuvre du projet. Selon le directeur de l’ADEPCO/MJCA, Hamidou Salogo, plusieurs facteurs expliquent la signature de cette convention de partenariat. «Nous avons des difficultés liées au terrain de la MJCA qui est revendiqué par une tierce personne. Nos partenaires qui ont été dès le départ partie prenante se sont vus dans l’obligation d’arrêter les financements. C’est ce qui nous a motivés à signer cette convention afin d’avoir à nouveau la confiance des partenaires et que les activités reprennent» a indiqué Hamidou Salogo. Selon Yasmina Badolo, c’est une réussite de transmettre le flambeau à l’équipe car un projet sans âme et un projet qui s’éteint.

Jules TIENDREBEOGO



43
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

100 ans du Burkina, que du chemin parcouru !

« Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l'État-nation ». C'est sous ce th...

10/12/2019

Qu’avons-nous fait, réellement, pour mériter ces médailles ?

La Nation a été reconnaissante à l'endroit de certains de ses fils et filles. Officiellement, ils ont été décorés au palais présidentiel, devant le che...

09/12/2019

Pau sera un nouveau départ contre le terrorisme au Sahel

Iront-ils, n'iront-ils pas? Le président français, Emmanuel Macron veut parler «franchement» avec les chefs d'Etat du G5 Sahel. Il veut leur demander, ...

06/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





09:00:07