Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Présidentielle 2020, il y aura de gros calibres

02/08/2019
00:00

Depuis les Cascades où il était en tournée, Zéphirin Diabré, le chef de file de l’opposition politique, et président de l’Union pour le progrès et le changement a lancé: «il y a assez de baobabs pour terrasser le Mouvement du peuple pour le peuple en 2020». Ainsi, il vient de lancer les couleurs. Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) qui a eu la chance de partir pratiquement en roue libre à la dernière élection présidentielle en 2015, sera inéluctablement la bête à abattre. L’opposition politique qui vit la forme avec le retour sur la scène politique de ceux qu’on qualifie «d’anciens barrons» du système Compaoré ne lui fera pas de cadeaux.

A la présidentielle, son candidat déjà déclaré Roch Marc Christian Kaboré aura à faire à de gros calibres comme Zéphirin Diabré de l’UPC, Eddie Komboïgo du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Kadré Désiré Ouédraogo et ses soutiens, probablement Yacouba Isaac Zida et le MPS du Professeur Augustin Loada, le Professeur Abdoulaye Soma avec son «Soleil levant». Quand on sait que sous nos tropiques, la liste des candidats à la présidentielle a toujours été longue, voire très longue, on est en droit de dire qu’à eux de nombreux autres candidats viendront s’ajouter.

Ce qui va compliquer davantage la tâche au candidat du MPP qui, s’il ne l’emporte pas au premier tour, sera davantage malmené au second tour. Car, quand on considère le langage et les positions des différents candidats, ils sont tous d’accord sur une seule chose: la gouvernance du MPP est «chaotique» et son candidat sera celui à abattre à la présidentielle.

Aux législatives, qui se dérouleront en même temps que la présidentielle, la tâche ne sera guère facile. Toujours avec le retour des dinosaures de l’ancien régime sur la scène politique, directement ou indirectement, ils donneront du fil à retordre aux candidats du MPP, parti actuellement majoritaire à l’Assemblée nationale. L’équation sera encore plus difficile à résoudre dans la mesure où les partis aujourd’hui alliés avec le parti de Simon Compaoré au sein de l’Alliance de la majorité présidentielle iront à la conquête des sièges de députés à l’Assemblée nationale. A cette situation, il faut ajouter les nouveaux venus en politique qui ne feront pas de la figuration. Du reste, avec le vote des Burkinabè de l’étranger, les choses pourraient encore se compliquer pour certains acteurs politiques.

Que ce soit donc la présidentielle ou les municipales, on assistera à des joutes politiques très intéressantes. Ce pourrait être l’une des meilleures élections que le Burkina Faso organisera. Mais, à la seule condition que tous les acteurs soient animés de la même bonne volonté de faire en sorte que le processus soit, du début à la fin, irréprochable.

Il semble de plus en plus évident qu’aucun acteur ne peut se payer le luxe de ramer à contre-courant de la transparence et de l’équité que requièrent les prochaines élections. Que celui qui croit le contraire essaie.

Dabaoué Audrianne KANI



22
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Une fois de plus, on a fait l’affaire des terroristes

Ils ont entre autres satisfactions quand les populations cibles de leurs attaques ne s'entendent pas ou mieux s'accusent et se déchirent après leurs at...

22/08/2019

Attaque de Koutougou, Doofu où es-tu ?

Certains diront que le problème qui se pose n'est pas celui du nombre de soldats tués. Car, même si c'était un seul tué, ce serait le même problème. Qu...

21/08/2019

Ils reviennent au CDP avec plus de conviction !

Ils avaient décidé de suspendre leur participation aux instances du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), leur parti politique tant que certa...

20/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





04:48:49