Travail décent au Burkina Faso : Des leaders syndicaux de l’UAS renforcent leur capitale

08/08/2019
00:00

Du 5 au 7 août 2019, Ouagadougou abrite un atelier de renforcement de capacités des leaders syndicaux de l’Unité d’action syndicale (UAS) du Burkina Faso.

 

«Le dialogue social au service du travail décent au Burkina Faso». C’est sous ce thème que s’est tenu du 5 au 7 août 2019, l’atelier de renforcement de capacités des leaders syndicaux de l’unité d’action syndicale (UAS) du Burkina Faso. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, représenté, et en présence de l’expert du Bureau international du travail (BIT/Abidjan), Paredes Moreno Kattia. L’Union d’action syndicale (UAS) se réjouit de la tenue de cette rencontre sur le dialogue social au service du travail décent, après celle sur la formalisation du secteur informel, du 22 au 24 juillet dernier.

Pour Bassolma Bazié, porte-parole de l’UAS, la question du dialogue social est contiguë à la constitution et à l’évolution de nos sociétés humaines. Et son importance dans la stabilité et le développement de ces sociétés humaines à sans doute pesé dans la résolution de beaucoup de questions, dans le respect strict de la parole donnée et donc de la mise en œuvre des engagements pris. Dans ce sens, selon lui, le dialogue social au service d’un travail décent est un moyen d’échange, de consultation, de participation, de négociation entre les acteurs. C’est ainsi que l’Organisation internationale du travail (OIT), parmi ses objectifs stratégiques pour favoriser l’obtention d’un travail décent et productif, place la promotion du renforcement du tripartisme et du dialogue social en quatrième position. Par ailleurs, le porte-parole a indiqué que l’UAS ne va aucunement accepter être complice d’un dialogue social de façade dans un environnement de constitution d’escadrons de la mort pour des assassinats ciblés. L’UAS ne peut que prendre ses responsabilités, selon lui, et le fera dans les tous prochains jours en vue de défendre les multiples acquis démocratiques arrachés de haute lutte depuis les années 1946 et à tous les tournants décisifs de l’histoire du Burkina Faso.

Jules TIENDREBEOGO



33
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

100 ans du Burkina, que du chemin parcouru !

« Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l'État-nation ». C'est sous ce th...

10/12/2019

Qu’avons-nous fait, réellement, pour mériter ces médailles ?

La Nation a été reconnaissante à l'endroit de certains de ses fils et filles. Officiellement, ils ont été décorés au palais présidentiel, devant le che...

09/12/2019

Pau sera un nouveau départ contre le terrorisme au Sahel

Iront-ils, n'iront-ils pas? Le président français, Emmanuel Macron veut parler «franchement» avec les chefs d'Etat du G5 Sahel. Il veut leur demander, ...

06/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





09:03:58