Tabaski 2019: Les moutons à un prix d’or!

09/08/2019
00:00

La communauté musulmane s’apprête à célébrer la Tabaski ce dimanche 11 août 2019. Les familles cherchent le mouton qui sera sacrifié le jour de la fête pour honorer le sacrifice d’Abraham. Alors, elles se rendent sur les points de vente de moutons pour discuter des prix avec les vendeurs. Cette année, vendeurs et clients nous indiquent que le prix a considérablement augmenté par rapport aux années antérieures. Pour de nombreuses raisons.

 

Aux environs de 10h30, sur le pont d’Accart-ville, Issaka Paré arrêté sous un arbre aux abords du goudron, est un vendeur de moutons. Aidé par son frère, il est entrain de marchander avec un client le prix d’un mouton. Il nous affirme qu’en vérité les moutons sont chers, car ils vont les chercher, personnellement, dans les villages pour les revendre en ville. De nos jours, les villageois aussi comprennent l’avantage de vendre en ville. Donc, ils augmentent les prix en vendant un petit mouton à 50000 FCFA. Cependant, s’ils veulent revendre le même mouton à 60 000FCFA en ville, les clients les trouvent chers. « Aujourd’hui les trois qui sont attachés ici sont déjà pris à 60 000 FCFA. Je les ai vendus à ce prix même à mon propre père. Le bénéfice sur ce prix est de 1500 FCFA. Je suis dans la vente des moutons, il y a trois ans de cela et j’arrive m’occuper de certaines dépenses familiales grâce au bénéfice de 1000 à 2000FCFA sur chaque mouton. Ce que nous demandons aux autorités c’est de nous faciliter le transport des moutons», raconte Issaka Paré.

Selon Monsieur Zongo, vendeur de moutons en face de l’IAM, «l’écoulement des moutons est difficile cette année. Nombreux sont ceux qui viennent demander le prix et repartent sans acheter, car ils disent que le prix est élevé. Le prix des moutons que je vend varie entre 55 000F et plus de 100000 FCFA. Personnellement, sur la route je n’ai pas eu de problème avec les autorités. Le vrai problème c’est au village, sur le lieu d’achat en gros. Car, une fois les villageois informés que c’est pour la fête, ils augmentent les prix. S’ils nous comprennent et les vendent à un prix abordable, nous ne pouvons que les vendre aussi à un prix abordable».

Pourtant, lors du transport, il y a trop de protocoles. Les moutons de Issaka Paré proviennent de Toma. Il apprécie la présence des forces de sécurité sur les routes à cause de l’insécurité. Cependant, les vendeurs souffrent quand on leur exige de payer une somme pour le transport des animaux. Ils déboursent 1000 FCFA ou plus pour chaque mouton et en fonction de son état.

Arouna Ouattara est un client d’Issaka Paré. Il est venu pour acheter son mouton pour la fête. Malheureusement pour lui, qui le fait pour sa première fois, les prix ne sont pas abordables. Les années antérieures, il n’était pas en activité donc il ne faisait pas ce sacrifice. Mardi 6 août 2019, il était sur le terrain pour inspecter un peu les moutons et comparer les prix. Le prix des moutons moyens était de 75000 FCFA. Le lendemain, il discute avec le vendeur et décide à acheter deux moutons à 60 000 FCFA l’unité. Parce qu’il n’a pas eu d’autre choix

Mambouno OUATTARA/Stagiaire




79
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

100 ans du Burkina, que du chemin parcouru !

« Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l'État-nation ». C'est sous ce th...

10/12/2019

Qu’avons-nous fait, réellement, pour mériter ces médailles ?

La Nation a été reconnaissante à l'endroit de certains de ses fils et filles. Officiellement, ils ont été décorés au palais présidentiel, devant le che...

09/12/2019

Pau sera un nouveau départ contre le terrorisme au Sahel

Iront-ils, n'iront-ils pas? Le président français, Emmanuel Macron veut parler «franchement» avec les chefs d'Etat du G5 Sahel. Il veut leur demander, ...

06/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





09:02:38