Baptême et confirmation à la MACB le jour de la Tabaski : L’Archevêque Paul Ouédraogo a tenu promesse

13/08/2019
00:00

Dimanche 11 août, dimanche presqu’ordinaire à la Maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso. A cette différence près que nous sommes un jour férié aussi bien pour les croyants chrétiens que musulmans. Pour les uns, c’est jour de culte dominical. Pour les autres, c’est le grand jour de l’Eid El Kébir : « la fête du mouton » célébrée également par les détenus musulmans en leur manière. Mais il faut être à l’heure pour suivre la prière.

 

Nous voici aux environs de neuf heures dans l’enceinte de la Maison d’arrêt et de correction. « On nous a fait appel ce matin pour couvrir une cérémonie sans doute importante qui, paraît-il, a lieu ce matin à la MACB. C’est juste pour suivre la cérémonie d’ouverture et repartir ». Les gardes semblent un peu surpris : personne n’attend un journaliste ici ce matin et nous n’avons aucune autorisation express ! Qu’à cela ne tienne : on va voir le chef. Explication faite, on nous conduit là ou quelque chose se passe de significatif : à l’église catholique de la MAC-B. Nous passons devant une autre église, évangélique, qui se prépare à ouvrir ses portes : quelqu’un balaie les lieux ! Les deux églises sont voisines, mais la catholique a déjà commencé la réunion spéciale de ce dimanche. « Est-ce qu’ils ne sont pas déjà en train de célébrer la messe !? ». Se demande l’agent qui nous conduit. Une petite surprise nous y attend en effet. Pas moins que l’Archevêque métropolitain de Bobo-Dioulasso, Paul Ouédraogo est celui qui officie en ce lieu aujourd’hui. La salle est pleine jusqu’aux hangars du dehors ! L’air solennel de la réunion ne trompe pas. C’est une « rencontre spéciale » avec les détenus. Mais le ton est humble dans le message du Premier Responsable catholique de Bobo-Dioulasso. « Qui aurait pu croire que nous puissions être ici ce matin pour procéder à un baptême !… Ce baptême ne vous libérera pas immédiatement de la prison, mais dans toute circonstance, le chrétien est remarquable par sa conduite… Il n’est pas nécessaire d’être un chrétien pour être un bon médecin ou un bon juge, mais un chrétien n’a pas le droit d’être un mauvais médecin ou un mauvais juge !... ».

L’histoire de cette cérémonie remonte à un jour de Noël. Alors que l’Archevêque leur rend visite à cette occasion-là, un des détenus lui demande si le baptême était possible pour eux, « ici en prison ». Ce à quoi il a répondu : « N’y a-t-il pas d’eau ici ? Tant qu’il y’a de l’eau, le baptême est possible en tout lieu !» Dans son message dominical, il a d’ailleurs fait la remarque que ce n’est pas pour eux une question de quantité d’eau, mais de présence du Saint-Esprit dans cette eau ! « Si on vous demande si vous avez été immergé, dite "non, mais le Saint-Esprit était suffisamment dans l’eau dont nous avons été baptisés !”.

Après avoir suivi la catéchèse, étant prêts maintenant pour être baptisés et confirmés, les différents catholiques détenus, élus du jour, ont été soumis à la vérification de la qualité de leur engagement avant d’être admis. Ils ont pris solennellement la décision de renoncer au mal. Ils ont donc écouté avec d’autres fidèles catholiques la parole de la bouche de l’archevêque dans leur église située à l’intérieur de la Maison d’arrêt et de correction, avant de recevoir baptême et confirmation par aspersion et onction d’huile, afin que le Saint-Esprit prenne possession de leur cœur.

« La grande surprise, c’est que vous êtes à présent les plus propres d’entre nous ici ce matin », leur a lancé l’Archevêque ! C’est un grand jour d’encouragement pour eux ! On leur a aussi préparé des cadeaux, notamment de la nourriture et de la boisson, pour un partage communautaire. Mais pas que cela. Les associations de femmes catholiques et autres organismes caritatifs ont d’ailleurs pensé à tous les détenus, sans exclusive en ce sens. Leur promesse a été annoncée à la chair avant la fin de la réunion. Une fin de réunion officielle que nous ne sommes pas seul à suivre. Une consœur d’une station locale est aussi dans la salle. Les différents partenaires qui ont rendu possible cette occasion de partage catholique interviennent, ainsi que le nouveau patron de la MAC-B. Il est là depuis 61 jours exactement et dit toute la reconnaissance de la Maison au Responsable catholique. On lui répond avec la même simplicité et courtoisie. Fin de la réunion vers midi.

Le dernier mot est à l’Archevêque après les séances de photos de famille. « Mes sentiments sont des sentiments de joie et d’action de grâce ; c’est quand même exceptionnel, une cérémonie de baptême et de confirmation dans cette Maison d’Arrêt et de Correction de Bobo-Dioulasso ! Cela fait partie des surplus de Dieu, de rentrer même dans une maison d’arrêt et de correction, pour y tisser des liens avec des cœurs d’hommes et de femmes désireux de le connaître, l’aimer, vivre sous sa lumière et témoigner de lui ».

Sibiri SANOU



15
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ils ont définitivement tué et enterré Thomas Sankara

Quand on observe de près les manifestations qui sont organisées pour commémorer les dates anniversaires de Thomas Sankara, ancien président du Burkina ...

16/10/2019

Etat-Secteur privé, et pourtant ça bouge !

A écouter les discours prononcés à la cérémonie d'ouverture de la rencontre Etat-secteur privé, rebaptisée Cadre de concertation et de dialogue Etat/Se...

15/10/2019

Blaise Compaoré crée plus de problèmes à son parti

Blaise Compaoré tout simplement n'a pas résolu la crise qui oppose Eddie Komboïgo et la direction du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et...

14/10/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





10:26:11