Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

14/08/2019
00:00

Suite à la mort d’une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l’enceinte de la mine d’or de Youga, des populations énervées n’ont pas trouvé d’autre solution que de mettre le feu à la mine. En plus donc de la personne morte, les autres dégâts sont énormes. Des membres du personnel de la mine ont été blessés. Des installations et des engins incendiés. Du coup, les activités de la mine ont été suspendues puisque le personnel a été évacué vers Ouagadougou. Jusqu’à quand cette mine restera-t-elle fermée? Pour l’instant, personne ne sait puisque les enquêtes ouvertes n’ont pas encore situé les responsabilités. En attendant, il va falloir, une fois de plus, sensibiliser les Burkinabè sur le fait que la violence ne constitue pas une solution pour le règlement de conflits ou de malentendus. A Youga, on aurait pu éviter ce qui et arrivé si les uns et les autres avaient eu un peu de retenue. Car, en conclusion, personne ne gagne véritablement dans cette affaire. Ni les populations dont certaines vont se retrouver au chômage et d’autres encore dont les affaires vont péricliter, ni les promoteurs de la mine qui devront réinvestir de l’argent s’il faut reprendre les activités. En outre, il va falloir également renouer le fil du dialogue pour ramener la paix et la cohésion sociale entre les promoteurs et les populations de la localité, notamment les jeunes qui reprochent certainement des choses à la mine.

En effet, cette situation met encore sur le tapis la question de l’exploitation des ressources minières au Burkina Faso. Malgré les conditions imposées aux sociétés minières à remplir, les populations ne semblent pas satisfaites. Et cela peut se comprendre quand des sociétés essaient, par des manières contournées, de ne pas respecter leurs engagements. Tels que le recrutement des jeunes de la localité selon un certain quota, les investissements socio-économiques au bénéfice des populations, la prise de mesures d’accompagnement pour les personnes affectées par la mine parce que leurs terres ou champs sont occupés…

Ce sont des questions pour lesquelles l’Etat doit avoir le courage de taper du poing sur la table et contraindre les sociétés minières à respecter ce qu’elles ont promis aux populations. Autrement dit, quand des gens n’ont plus rien du fait de la mine, et qu’ont ne veut pas trouver des solutions à leur situation, il faut s’attendre à ce qu’ils réagissent violemment. C’est certainement ce qui peut expliquer ce qui est arrivé à Youga. Si les ressources minières doivent profiter à ceux qui les exploitent, elles doivent également profiter aux populations des localités. Le Fonds minier à lui seul ne suffit pas. D’ailleurs les populations ne le connaissent et doutent ainsi de son effectivité et de sa gestion. Il y a donc beaucoup de choses à revoir si l’on veut que les sociétés minières travaillent dans la quiétude.

Dabaoué Audrianne KANI

 



89
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ces affaires qui n’arrangent pas le président Roch Kaboré

C'est aujourd'hui mercredi 26 février qu'une quarantaine d'organisations syndicales va se réunir à partir de 15 heures pour définir la conduite à tenir f...

26/02/2020

Application de l’IUTS, c’est plutôt une question d’opportunité

L'application de l'Impôt unique sur les traitements et salaires des agents du public va continuer de rythmer le climat social au Faso. Jusqu'à ce que... ...

25/02/2020

Les Bobolais veulent leur hôpital «chinois»

Après le rétablissement de la relation diplomatique, en mai 2018, le Burkina Faso et la République populaire de Chine œuvrent de façon inlassable pour le...

21/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





20:34:30