Campagne cotonnière 2019-2020 : De bonnes récoltes au Kénédougou Nord, à condition…

23/08/2019
00:00

La campagne cotonnière 2019-2020 est particulière. En effet, la relance de la filière engagée par le gouvernement entre en vigueur au cours de la présente campagne. C’est dans cette optique que, Wilfried Yaméogo, Directeur général (DG) de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), suit de façon particulière la production. C’est ainsi qu’il était le mercredi 21 août 2019 dans des champs de coton au Kénédougou Nord.

Le suivi des campagnes cotonnières est une habitude de la SOFITEX. Il est plus intensifié cette année, compte tenu des actions prises pour relancer la filière. Dans la région cotonnière de N’Dorola, plus précisément au Kénédougou Nord, la crise cotonnière était profonde. Depuis la mise en place d’un Haut comité pour la relance de la filière, cette localité a signé son retour à la production du coton. Aussi, pour leurs premières sorties de suivi sur le terrain, le DG et des techniciens de la SOFITEX se sont rendus au Kénédougou Nord. La physionomie des huit champs visités augure de bonnes récoltes en perspectives dans cette partie du pays. Les producteurs et le Directeur général de la SOFITEX ont de bonnes raisons d’être heureux. Car, tous les champs visités présentent des cotonniers en bon état. En cette dernière décade du mois d’août, le cotonnier est à l’étape de la floraison-capsulaison. Tous les huit champs visités, sont bien entretenus. Il n’y a pas d’attaques de quelconques ennemis du cotonnier. «Nous nous rendons bien à l’évidence que les huit champs de coton visités ont la même physionomie. Les parcelles sont bien entretenues, les cotonniers ont bien poussé, ils sont bien chargés, c’est la floraison-capsulaison. Tel que nous regardons, il y a de bonnes récoltes en perspectives», espère le DG de la SOFITEX. Cet espoir est partagé par les producteurs. En effet, les cotonculteurs du Kénédougou Nord sont unanimes à reconnaître que les intrants offerts pour la présente campagne sont de bonne qualité. «C’est parce que j’ai douté de la qualité des intrants, surtout les pesticides que j’ai produit 22 hectares. A la date d’aujourd’hui, je confirme que la SOFITEX a pris en compte notre inquiétude. Tous les produits sont de bonne qualité. S’il plaît à Dieu, je vais produire au moins 50 hectares à la campagne 2020-2021», témoigne Lamoussa Traoré.

Deux inquiétudes communes

La bonne physionomie des champs n’empêche des inquiétudes au niveau des acteurs de la filière. Les producteurs tout comme le DG de la SOFITEX, ont deux inquiétudes communes. Il s’agit d’une bonne suite de la pluviométrie et du suivi normal de l’application des pesticides. En effet, la bonne récolte espérée par tous grâce à la bonne physionomie des champs, est conditionnée en partie par des pluies utiles et un bon suivi des traitements aux pesticides. «La bonne physionomie des champs ne doit pas nous faire baisser la garde. Nous allons continuer de prier pour une bonne pluviométrie. L’autre aspect non moins important, est le suivi du traitement phytosanitaire. Il faut que nous, les vieux, suivions les jeunes, pour qu’ils évitent la vente des pesticides. Et nous rassurer que les doses exigées pour faire des traitements sont respectées…», prévient Siaka Bayogo. Les mêmes préoccupations sont partagées par le DG de la SOFITEX. Selon Wilfried Yaméogo, «Il y a un suivi à faire, à savoir le parasitisme et les traitements à faire pour boucler les cycles recommandés. Prions également pour que nous ayons des pluies utiles. C’est à ces deux conditions que notre espoir de bonnes récoltes pourrait être une réalité. Je voudrais saluer ici l’ensemble des producteurs qui se sont engagés au titre de la campagne cotonnière 2019-2020. Je voudrais également interpeller les équipes-terrain de la SOFITEX, pour que le suivi et la surveillance rapprochés soient respectés pour éviter des cas désagréables de dernière minute». Une équipe de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina, avec à sa tête son président était aux côtés du DG de la SOFITEX au cours de la visite.

Souro DAO



72
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Barrage de Samendéni, l’eau et le poisson ne suffisent pas

Le grand Ouest a enfin eu son premier grand barrage. C'est celui de Samendéni dont l'inauguration a eu lieu ce samedi 30 novembre par le chef de l'Etat...

05/12/2019

Gouvernement/syndicats, reprenez et discutez franchement

C'est une bonne chose de savoir que sur initiative du Premier ministre, le dialogue gouvernement/partenaires sociaux pourrait reprendre avant la fin de...

04/12/2019

Armée française au Burkina, Alpha Barry a dit la vérité

Les Burkinabè veulent qu'on leur dise tout, sauf la vérité. Et pourtant, ils revendiquent la même vérité! C'est incompréhensible et paradoxal ! A la li...

03/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:06:52