Hommage à DJ Arafat : La mort d’un artiste qui parle à ses admirateurs

02/09/2019
00:00

La mort de l’artiste musicien de trente-trois ans a autant surpris que suscité de l’intérêt en Afrique et ailleurs dans le monde. Le dernier hommage organisé au stade Félix Houphouët-Boigny en sa mémoire témoigne de la célébrité de ce jeune homme qui n’aura pas laissé indifférent durant sa courte, mais brillante carrière mondaine dans son genre. D’où cette médiatisation à la hauteur de sa célébrité. Retransmis en direct par la chaine publique ivoirienne, le phénomène a un côté insolite. Car, le genre musical de DJ Arafat n’était pas forcement de nature à fédérer les gouts de toutes les générations. Le «Coupé décalé» est une dance jeune et des jeunes que des personnes âgées auraient bien de mal à danser convenablement. D’où l’intérêt sociologique de ce succès qu’un sociologue invité sur les plateaux de la RTI2 (Chaine de télé ivoirienne) a expliqué en quelques mots: classique cas de figure de la mort d’une célébrité amplifiée par les réseaux sociaux. Mais, il faut sans doute ajouter à cela la jeunesse de la population africaine en général et ivoirienne en particulier. Un documentaire donne la parole à l’artiste de son vivant qui retrace un peu son parcours: sorti tôt de l’école, il est entré avec brio dans le monde nocturne des animateurs DJ avant de célébrer la mort de son meilleur ami par le morceau qui le propulsera au devant de la scène musicale ivoirienne: l’hommage à Jonathan! Jonathan avait annoncé son départ en Europe la veille de sa mort et la même nuit, il mourut d’une mort atroce. DJ Arafat se demande si son ami ne s’est pas attiré le malheur en annonçant son départ à trop de personnes pour rejoindre sa mère, une musicienne installée en Europe à l’époque! «Ne parler pas de vos projets avant de les avoir réalisés. Que les débutants ne commencent pas par penser ‘’argent’’ s’ils veulent réussir dans la musique!», conclut DJ Arafat dans ce documentaire qui lui est consacré. L’intérêt de ne pas brûler les étapes, en quelque sorte. Un ami d’Arafat révèle que le célébrissime disparu était juste de retour d’une tournée en Europe et qu’il s’était offert à cette occasion deux de ses engins de prédilection: la moto. C’est un de ces engins de luxe que le jeune homme pilotait à une vitesse professionnelle qui occasionnera sa mort! Salut l’artiste et adieu!

Sibiri SANOU



41
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Barrage de Samendéni, l’eau et le poisson ne suffisent pas

Le grand Ouest a enfin eu son premier grand barrage. C'est celui de Samendéni dont l'inauguration a eu lieu ce samedi 30 novembre par le chef de l'Etat...

05/12/2019

Gouvernement/syndicats, reprenez et discutez franchement

C'est une bonne chose de savoir que sur initiative du Premier ministre, le dialogue gouvernement/partenaires sociaux pourrait reprendre avant la fin de...

04/12/2019

Armée française au Burkina, Alpha Barry a dit la vérité

Les Burkinabè veulent qu'on leur dise tout, sauf la vérité. Et pourtant, ils revendiquent la même vérité! C'est incompréhensible et paradoxal ! A la li...

03/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:02:58