Grandes questions de l’heure : Le CAME réveille la fonction intellectuelle à Bobo-Dioulasso

03/09/2019
00:00

Un groupe d’anciens militants estudiantins se donne pour mission de réveiller la fonction intellectuelle à Bobo-Dioulasso. Né sur papier le 15 décembre 2018, il se nomme le CAME (Club des Anciens du Mouvement Etudiant). L’association a débuté samedi dernier une série de conférences publiques tenant lieu d’université d’hivernagedu Club !

«Les grands défis de l’Afrique subsaharienne», tel est le thème de la conférence publique animée ce samedi 31 août 2019 à la maison de la culture Anselme Titianma Sanon par le CAME dans le cadre de son université d’hivernage. Deux préoccupations de l’heure étaient au menu des débats auxquels a assisté un public diversifié composé d’invités, d’étudiants d’universités publics et privés du Burkina, d’anciens étudiants aujourd’hui leaders dans divers secteurs à un niveau de responsabilitéet même des responsables coutumiers: Les défis sécuritaires face au terrorisme et les défis économiques de l’Afrique contemporaine. Il s’agit pour les organisateurs, selon les propos de Dr Vinsoun Millogo, un des principaux organisateurs de l’Université d’hivernage, d’impacter positivement le développement du Burkina Faso en participant par des activités diverses aux préoccupations de progrès national. L’honorable Maxime Koné de l’Assemblée nationale, président du comité d’initiative du Club, le présente comme un espace de solidarité, de regroupement, de réflexion et de propositions.

 

Encadré

Extrait de la déclaration de naissance du CAME

«Déjà nous constatons que notre manque d’engagement et de structuration en faveur d’une transformation profonde et qualitative de la société sur les plans social, économique et politique a favorisé l’irruption dans l’espace public d’amateurs sans formation solide de base. La conséquence triviale de cette situation est le rabaissement du niveau du débat public, avec des thématiques aux antipodes des préoccupations réelles des masses populaires. Face à ce tableau peu reluisant, et pour jouer notre partition à la nouvelle ère démocratique ouverte à la faveur de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, nous, porteurs de la présente déclaration, avons décidé en toute conscience, de la mise en place du Club des Anciens du Mouvement Etudiant (CAME)»

 

Sibiri SANOU



101
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ces affaires qui n’arrangent pas le président Roch Kaboré

C'est aujourd'hui mercredi 26 février qu'une quarantaine d'organisations syndicales va se réunir à partir de 15 heures pour définir la conduite à tenir f...

26/02/2020

Application de l’IUTS, c’est plutôt une question d’opportunité

L'application de l'Impôt unique sur les traitements et salaires des agents du public va continuer de rythmer le climat social au Faso. Jusqu'à ce que... ...

25/02/2020

Les Bobolais veulent leur hôpital «chinois»

Après le rétablissement de la relation diplomatique, en mai 2018, le Burkina Faso et la République populaire de Chine œuvrent de façon inlassable pour le...

21/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





23:06:26