Vérité relative : Profanation de la tombe de DJ Arafat

04/09/2019
00:00

Depuis que des fans de l’artiste musicien ivoirien, DJ Arafat, ont ouvert sa tombe et «agressé» son corps, chacun y va de son commentaire. DJ Arafat de son vivant, a brûlé sa vie par les deux bouts, à l’instar de tous ceux qui mènent une vie de folie. Malgré tout, son corps sans vie est à respecter comme c’est le cas en Afrique. «En Afrique, les morts ne sont jamais morts. Ils ne sont jamais partis…», dit le poète sénégalais Birago Diop. En Afrique, les morts sont traités avec une attention particulière. C’est pourquoi, le corps de DJ Arafat a été lavé et bien habillé avant d’être conduit dans sa dernière demeure. Bien entendu après des rites de sa communauté. Malheureusement, des fans vont vandaliser cette demeure, jusqu’à «agresser» le corps sans vie de leur idole. Acte gravissime! Tous ceux qui ont pris part à cet acte en auront pour leur compte. Arafat est mort d’une manière brutale suite à un accident de la route. Ailleurs, son corps ne devrait pas traîner pour être enterré. Compte tenu du caractère brutal de sa mort. La même raison explique le fait que, tout le monde ne soit pas habilité à voir son corps, encore moins le toucher. Malheureusement, des jeunes ont naïvement franchi cette barrière. Si ces profanateurs pouvaient témoigner aujourd’hui, certains n’ont plus le sommeil. Non pas parce que l’autorité les traque, mais parce que le regretté ne les laissera pas tranquilles. Arafat ne le leur pardonnera pas. Défaire sa cravate et son costume! Autrement dit, le déranger dans sa quiétude, c’est franchir le rubicond. Même si l’Etat ne décidait pas de corriger ces jeunes ayant commis cette faute, au plan culturel ils en auront pour leur compte. C’est le lieu de rappeler à la jeunesse des autres pays du continent, à ne pas confondre vitesse et précipitation. Si les parents du défunt ont reconnu le corps, le doute qui animait ses fans devrait prendre fin. «On ne peut pas être plus royaliste que le roi», dit-t-on. Que d’autres jeunes ne songent jamais à emboîter le pas à leurs frères Ivoiriens. Un mort en Afrique est différent d’un mort sous d’autres cieux au plan culturel. En Afrique, une fois qu’il y a mort d’homme, les décisions sont prises par les personnes âgées. Tout le monde ne décide pas, tout le monde n’approche pas le corps encore moins le manipuler. Les jeunes ont fauté. Que leur acte ne soit pas imité par d’autres jeunes du continent.

Souro DAO/ daosouro@yahoo.fr



75
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ces affaires qui n’arrangent pas le président Roch Kaboré

C'est aujourd'hui mercredi 26 février qu'une quarantaine d'organisations syndicales va se réunir à partir de 15 heures pour définir la conduite à tenir f...

26/02/2020

Application de l’IUTS, c’est plutôt une question d’opportunité

L'application de l'Impôt unique sur les traitements et salaires des agents du public va continuer de rythmer le climat social au Faso. Jusqu'à ce que... ...

25/02/2020

Les Bobolais veulent leur hôpital «chinois»

Après le rétablissement de la relation diplomatique, en mai 2018, le Burkina Faso et la République populaire de Chine œuvrent de façon inlassable pour le...

21/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





20:00:14