Ces hommes politiques ne sont pas dignes

09/09/2019
00:00

Au fur et à mesure que les prochaines consultations électorales présidentielle et législatives approchent, le jeu et la scène politiques sont de plus en plus troubles. Du fait des hommes politiques dont certains ont complètement perdu le peu de dignité qu’on pouvait encore leur accorder. Tout cela, à cause de leurs propres interêt. Aussi, qu’anodins ils parlent de peuple, c’est tout simplement pour faire mode, comme tout le monde.

Des faits. Kadré Désiré Ouédraogo veut briguer la Présidence du Faso. C’est son droit absolu. Des gens se mobilisent pour le soutenir. C’est leur droit absolu également. Mais est-ce pour autant qu’il faut fragiliser la formation politique dans laquelle on a fait ses premiers pas politiques ? Certainement que non. Aujourd’hui, ces soutiens ont créé un parti politique qui va porter sa candidature. Avec le soutien d’autres formations politiques et des mouvements associatifs. C’est exactement ce qu’il fallait faire dès le départ. Et personne n’aurait eu à redire. Quand on n’est pas en phase avec un parti politique, on le quitte soit pour adhérer à un autre parti soit pour en créer un autre. Ce sont ces leçons qu’il faut enseigner à la jeunesse. Aujourd’hui, avec la création de leur parti politique, ils sont plus libres et plus légitimes pour claironner partout leur soutien à la candidature de leur champion. De son côté, Kadré Désiré Ouédraogo doit prendre son courage à deux mains et démissionner officiellement du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) au sein duquel, il ne doit plus se sentir à l’aise, même en tant que militant de la 25ème heure. On imagine difficilement comment peut-il encore, s’asseoir à la table du parti et solliciter son soutien. Toujours au CDP, c’est un Mahamady Kouanda, tout vent debout contre Eddie Komboïgo qui passe par tous les moyens pour détruire le parti dont il a bénéficié pendant 27 ans. C’est ne rien comprendre.

De leur côté, les frondeurs de l’Union pour le progrès et le changement seraient en train de mijoter un parti politique. Parce qu’ils ne veulent plus faire ensemble avec le parti qui les a révélés. Ce qui est de leur droit. Mais là où il y a à redire, c’est pourquoi avoir attendu maintenant alors qu’ils pouvaient le faire depuis leur divorce avec le groupe parlementaire du parti de Zéphirin Diabré. En effet, les 13 députés s’ils démissionnaient, ils perdaient leurs sièges à l’Assemblée. Maintenant, tout simplement parce que, même s’ils démissionnent, ils ne les perdent pas. La loi dispose qu’on ne peut remplacer un député à moins d’un an et demi de la fin de la mandature. À dire que les 13 députés ont refusé de démissionner pour ne pas perdre leurs sièges et par ricochet les avantages qui vont avec. C’est tout simplement déplorable pour des gens qui sont sensés défendre les intérêts du peuple.

Quand on observe tous ces comportements d’hommes politiques, on en vient à comprendre pourquoi le pays lui-même a des problèmes. Car, ceux qui sont sensés le diriger ne donnent pas de bons exemples. Alors que ce sont eux que les autres regardent. Jusqu’où ces gens-là vont-ils nous conduire ? Pouah !

Dabaoué Audrianne KANI



52
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Barrage de Samendéni, l’eau et le poisson ne suffisent pas

Le grand Ouest a enfin eu son premier grand barrage. C'est celui de Samendéni dont l'inauguration a eu lieu ce samedi 30 novembre par le chef de l'Etat...

05/12/2019

Gouvernement/syndicats, reprenez et discutez franchement

C'est une bonne chose de savoir que sur initiative du Premier ministre, le dialogue gouvernement/partenaires sociaux pourrait reprendre avant la fin de...

04/12/2019

Armée française au Burkina, Alpha Barry a dit la vérité

Les Burkinabè veulent qu'on leur dise tout, sauf la vérité. Et pourtant, ils revendiquent la même vérité! C'est incompréhensible et paradoxal ! A la li...

03/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:03:03