Vérité relative : Ils pillent tous ce pays au nom du changement

11/09/2019
00:00

Depuis l’avènement du vent multipartiste au Faso, ces hommes et femmes politiques pillent ce pays au nom du changement. «Nous voulons un vrai changement au Faso». C’est le leitmotiv de tous ces politiques qui exploitent la patrie pour leurs seuls intérêts. Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) de Blaise Compaoré est le bouc-émissaire de tous ceux qui veulent passer par la politique pour atteindre leur objectif mafieux. «Nous sommes différents des autres». En quoi êtes-vous différents chers politiciens? Soyez précis, concis et brefs, comme dans un exercice de résumé. Tous les partis politiques qui naissent, le sont après des dissensions politiques, ou quelque chose de ce genre. Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) du trio Roch, Salif et Simon est né après un «malaise» au sein du CDP. Les RSS comme on les appelle, ont promis un changement aux pauvres citoyens. Depuis leur accession au pouvoir, les Burkinabè (en tout cas le bas peuple), scrutent l’horizon. La vie chère, le chômage, le pillage des deniers publics, le favoritisme et surtout l’insécurité continuent d’écumer le peuple. Où est donc le changement (positif) promis aux populations? Exactement comme le MPP, d’autres partis politiques sont nés. Leurs «géniteurs» disent avoir agi au nom du peuple pour un lendemain meilleur. Intéressons-nous aux cas les plus récents. En mai 2019, le constitutionnaliste, Abdoulaye Soma, après avoir travaillé aux côtés du Médiateur du Faso, met en place «Soleil d’Avenir». Il promet un avenir radieux à ses compatriotes. En juillet 2019, un autre professeur, en la personne d’Augustin Louada, se signale avec le Mouvement pour le salut du peuple (MPS). Le MPS est le parti qui veut changer la donne. Autrement dit, il veut changer positivement la vie des Burkinabè. Le dernier né des partis politiques à ce jour (sauf erreur), est le Mouvement Agir ensemble. Même si ce parti est né pour défendre la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo (KDO), sa présidence est assurée par Aboubakar Diallo, qui était jusque-là, militant du CDP. Tous ces partis promettent de développer le Burkina où il fera bon vivre. Un autre nouveau parti est signalé pour les jours à venir. Il semble que ce parti serait porté par les frondeurs de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition. Malheureusement, ils utilisent les mêmes stratégies pour atteindre leurs objectifs. Forcer la mobilisation des citoyens autour d’eux. Oui, avec leur argent, ils «achètent» la conscience (pas trop sûr) des citoyens, pour se faire des postes électoraux. Une fois au-devant des affaires, ils oublient les populations qui les ont votés. Malheureusement, la population, en tout cas, la majorité n’a rien compris jusque-là. Bobo-Dioulasso est le socle de ces politiciens pour leur parade. Chacun vient, il «ramasse» des citoyens, pour remplir des salles, fait son show et repart d’où il est venu. Depuis l’avènement de la démocratie, ce pays est «sucé» sans pitié par ces vampires qui ne voient que leurs seuls intérêts. Ce qui est sûr, un jour viendra….

Souro DAO/daosouro@yahoo.fr



45
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Assassinat de Norbert Zongo, 21 ans après la justice suit-elle son cours ?

C'est à la faveur de la transition intervenue, après l'insurrection populaire d'octobre 2014, que le dossier Norbert Zongo a été rouvert. Comme nouveau...

13/12/2019

Après l’insécurité physique, voici l’insécurité alimentaire

La carte du Burkina pris une autre couleur. Cette fois-ci, il s'agit de l'insécurité alimentaire, une réalité à laquelle les Burkinabè devront faire fa...

12/12/2019

100 ans du Burkina, que du chemin parcouru !

« Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l'État-nation ». C'est sous ce th...

10/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:04:31