Expansion de la chenille légionnaire en Afrique : Les acteurs cherchent les remèdes à Ouagadougou

12/09/2019
00:00

Du 10 au 12 septembre 2019 se tient dans la capitale burkinabè, Ouagadougou, la conférence régionale sur la chenille légionnaire d’automne au Sahel. Venus des pays de l’Afrique de l’Ouest, les participants vont réfléchir sur les solutions et ressources mobilisables pour contrer le fléau. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le 10 septembre en présence du Premier ministre, Christophe Marie Dabiré.

«Invasion de la chenille légionnaire d’automne au Sahel et en Afrique de l’Ouest : état des lieux, solutions et ressources mobilisables pour contrer le fléau ». C’est sous ce thème que se tient du 10 au 12 septembre 2019 à Ouagadougou, la conférence régionale sur la chenille légionnaire d’automne au Sahel. Pendant 72 heures, les participants poseront le diagnostic sur l’expansion de la chenille légionnaire en vue de trouver des remèdes pour réduire ce fléau. En effet, a indiqué le Secrétaire exécutif du CILSS, Dr Djimé Adoum, la chenille légionnaire d’autonome (CLA) est un insecte nuisible polyphage originaire des régions tropicale et subtropicale des Amériques. Elle peut se nourrir de plus de 80 espèces cultivées ou sauvages dont le maïs, le riz, le sorgho, le millet, la canne à sucre, le coton et certaines cultures horticoles. Le papillon adulte peut parcourir plus de 100 km en une nuit. Il pond ses œufs sur les plantes à partir desquels les larves éclosent et se nourrissent. Les infestations élevées peuvent entrainer une perte allant de 15 à 73% des plants infestés. Ce phénomène fait des ravages sur le continent noir, puisque 44 pays ont déjà payé les frais. C’est pourquoi, le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles du Burkina Faso, Salif Ouédraogo, au nom du président du Faso, a indiqué que des mesures doivent être prises pour contrecarrer son expansion. Pour atteindre cet objectif, a-t-il souligné, les participants feront l’état des lieux des infestations de la chenille légionnaire dans les pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, de la surveillance et des actions de lutte contre l’insecte ravageur ainsi que des expériences réussies dans d’autres sous-régions africaines et du monde. Il est également prévu de discuter du rôle des politiques et de la règlementation régionale dans la lutte contre le fléau et de la recherche scientifique sur la chenille légionnaire en Afrique. Notons que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et son homologue du Niger, Mahamadou Issoufou, prendront part à la cérémonie de clôture qui se tiendra ce 12 septembre 2019.

Aïcha TRAORE



106
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Crise foncière, comme s’ils n’en ont plus peur

Tout le monde est unanime, la prochaine crise qui va secouer sérieusement et durablement le Burkina Faso, c'est bien la crise foncière. Malgré la sensi...

05/06/2020

Présidentielle et législatives, l’opposition coince le pouvoir

La présidentielle et les législatives se tiendront à bonne date. Avait déclaré Simon Compaoré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP...

04/06/2020

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





10:48:52