Kadré - Eddie, les retrouvailles sont-elles encore possibles ?

03/10/2019
00:00

Entre Kadré Désiré Ouédraogo et ses soutiens et Eddie Komboïgo et les siens, on se pose la question dans plusieurs milieux si entre les deux camps les retrouvailles sont encore possibles. Apparemment, tout est possible surtout que nous sommes dans le domaine de la politique où les opposants d’aujourd’hui peuvent devenir des alliés demain. Surtout dans ce cas précis, les deux camps se réclament d’une même personne, en l’occurrence Blaise Compaoré, fondateur du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Parti au sein duquel les deux ont fait leurs premiers pas en politique active.

Du reste, Blaise Compaoré n’a pas intérêt à ce qu’il y ait encore une troisième fraction de son parti. Ce qui pourrait compromettre dangereusement l’avenir de ce parti qui compte reconquérir le pouvoir. Non pas pour le venger, mais pour tout simplement démontrer qu’il a encore la sympathie des Burkinabè. En outre, les deux camps doivent se convaincre qu’ils ne peuvent conquérir séparément le pouvoir et le remporter. C’est quasiment impossible dans le contexte actuel du Burkina. A moins d’entretenir la situation comme telle pour arriver à un second tour et se coaliser.

Mais si tel pouvait être le scenario, on a envie de dire que les deux camps n’avaient pas besoin de faire tout ça pour ça! Les militants, sympathisants et électeurs burkinabè n’étant pas suffisamment formés à ce genre de jeux politiciens, il est à craindre que les acteurs n’en sortent tous perdants. Car, une élection présidentielle, ce n’est pas l’élection d’un président d’association de quartier. Elle est si importante que les acteurs devraient lui donner toute l’envergure et le sérieux qu’elle mérite.

On peut bien comprendre l’attitude de Kadré Désiré Ouédraogo et de ses soutiens qui estiment que leur champion est le mieux placé pour remporter la présidentielle face à Roch Marc Christian Kaboré et à tous les autres candidats. Même si cela devait être le cas, peut-on estimer auprès d’Eddie Komboïgo, qu’on attende que le parti tranche la question. Sans doute, s’étant rendu compte que leur champion sera recalé à cette étape, les soutiens de Kadré ont pris les devants. Quitte à subir ce qui leur arrive aujourd’hui.

Au regard de ce qui précède, et considérant que les deux camps se réclament de Blaise Compaoré, de son héritage et se soucient de son sort, ils devraient pouvoir se retrouver autour de ce qui les unit. Si l’objectif est de reconquérir le pouvoir pour leur parti et leurs militants, et non pas pour eux individuellement pris, ils devraient pouvoir se retrouver. Sans doute que c’est le message que Blaise Compaoré devait leur donner. Avec force. Aussi, sont-ils nombreux dans les deux camps qui attendent qu’il tranche définitivement cette question. Les Burkinabè ont suffisamment de préoccupations pour se laisser distraire par des questions purement politiciennes.

DabaouéAudrianne KANI



15
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ils ont définitivement tué et enterré Thomas Sankara

Quand on observe de près les manifestations qui sont organisées pour commémorer les dates anniversaires de Thomas Sankara, ancien président du Burkina ...

16/10/2019

Etat-Secteur privé, et pourtant ça bouge !

A écouter les discours prononcés à la cérémonie d'ouverture de la rencontre Etat-secteur privé, rebaptisée Cadre de concertation et de dialogue Etat/Se...

15/10/2019

Blaise Compaoré crée plus de problèmes à son parti

Blaise Compaoré tout simplement n'a pas résolu la crise qui oppose Eddie Komboïgo et la direction du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et...

14/10/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:17:09