Crise dans les médias publics : « Nous faisons un travail particulier qui mérite un traitement à la hauteur des efforts et sacrifices consentis », dixit Nadège Yé, Chargé à l’information d

07/10/2019
00:00

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) était le 04 octobre 2019 face à la presse pour parler de l’évolution de la lutte des travailleurs des médias publics, lutte relancée depuis juin 2019. Elle a été animée par Siriki Dramé, Secrétaire général (SG) du syndicat.

Depuis plusieurs mois, les agents des médias publics, notamment les agents de l’Agence d’information du Burkina (AIB), de canal arc-en-ciel, des Editions Sidwaya, de la radio et de la télévision nationale travaillent comme tous les fonctionnaires burkinabè. Et pour cause, la non satisfaction de leur plateforme revendicative. En effet, selon le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC), Siriki Dramé, les travailleurs ayant constaté le manque de volonté manifeste du gouvernement à honorer ses engagements, notamment la mise en œuvre du point clé du protocole d’accord de décembre 2016 concernant la mutation diligente des Éditions Sidwaya et de la RTB en société d’Etat, ont engagé depuis le mois de juin dernier des actions multiformes de lutte pour interpeller le gouvernement. Lequel point qui allait contribuer à l’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail de ces agents. Au cours de cette conférence de presse, le syndicat a dénoncé une campagne de désinformation et d’intoxication de l’opinion publique faite par le gouvernement à travers son porte-parole, Remis Dandjinou. Ce dernier qui s’est, selon Siriki Dramé, étalé sur certaines options préconisées par le cabinet d’étude de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) en la généralisant aux Editions Sidwaya. Le porte-parole du gouvernement a également sciemment omis la recommandation de la Commission mixte qui préconisait au gouvernement de faire la mutation avec l’ensemble du personnel et avec l’accompagnement de l’Etat. Et le SG de déclarer, «Malgré tout ce montage savamment orchestré pour saboter la lutte des travailleurs, le SYNATIC a montré sa bonne foi de n’être pas fermé au dialogue. C’est ainsi que les négociations ont repris avec le gouvernement sur initiative de Médiateurs-Autosaisis (les conseillers du CSC: Alexis Konkobo, Victor Sanou, Yacouba Traoré, l’ex DG de la RTB et Jérémie Nion, DCPM au ministère des Sports). Après des séances de travail avec le Ministère de l’économie, des finances et du développement (MINEFID), c’est le statut quo, car les travailleurs ont exigé des engagements écrits de la part du Gouvernement avec un chronogramme clair de mise en œuvre du nouveau statut proposé par la partie gouvernement …». Toute fois, si le syndicat réaffirme sa volonté de poursuivre les négociations, il n’entend pas s’arrêter tant que sa préoccupation ne sera pas prise en compte.

Aïcha TRAORE



83
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Crise foncière, comme s’ils n’en ont plus peur

Tout le monde est unanime, la prochaine crise qui va secouer sérieusement et durablement le Burkina Faso, c'est bien la crise foncière. Malgré la sensi...

05/06/2020

Présidentielle et législatives, l’opposition coince le pouvoir

La présidentielle et les législatives se tiendront à bonne date. Avait déclaré Simon Compaoré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP...

04/06/2020

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





10:31:04