Blaise Compaoré crée plus de problèmes à son parti

14/10/2019
00:00

Blaise Compaoré tout simplement n’a pas résolu la crise qui oppose Eddie Komboïgo et la direction du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et les sanctionnés représentés par Léonce Koné.

Quand il demande de «rapporter» les sanctions, il sait très bien qu’elles ont été prises au cours d’un congrès du parti que les mêmes «sanctionnés» ont travaillé à empêcher la tenue. Par conséquent, il revient à un autre congrès de les «rapporter». Et ce, après que les «sanctionnés» aient fait leur mea-culpa ou autocritique. Que les congressistes peuvent accepter ou rejeter. Cela dépend de la gravité de la faute commise. C’est aussi cela le respect des textes d’un parti politique. Comme l’exigent d’ailleurs les «sanctionnés».

Par ailleurs, que deviennent les «démissionnaires»? Eux n’ont pas sanctionnés, ils sont partis d’eux-mêmes. Comment vont-ils «rejoindre les rangs». Certainement qu’ils feront des demandes de ré-adhésion au parti. Qui peuvent être acceptées ou refusées. Quant aux suspendus, leurs cas peut être traités assez rapidement.

Quand Blaise Compaoré invite les «sanctionnés» «à être prêts àrejoindre les rangs, travailler dans la discipline, l’unité et la cohésion…», il ne montre pas expressément le chemin qu’ils doivent emprunter pour que cela soit dans le respect des textes du parti. Par ailleurs, qui a créé l’indiscipline, la désunion au sein de son partiau point que les rangs soient dispersés ?

Le fondateur du CDP dit qu’il n’a pas été saisi de la question des sanctions avant que celles-ci soient prises. Si Blaise Compaoré suit bien l’actualité du pays et particulièrement celle de son parti, il devait savoir que si la justice ne s’était pas dessaisie de la dernière assignation, et que si de telles sanctions n’avaient pas été prises, son parti serait bloqué dans son fonctionnement. Et de ce fait, ne pouvait pas désigner de candidat ni pour la présidentielle, ni pour les législatives, ni pour les municipales. Ça au moins, il l’a suivi! Après tout cela, que restait-il à faire? La direction du parti devait-elle attendre que le parti soit bloqué avant de prendre des dispositions?

Quand Kadré Désiré Ouédraogo a décidé de présenter sa candidature en dehors du parti, alors qu’il se réclamait toujours du parti et connaît très bien le fonctionnement de celui-ci, qu’a dit Blaise Compaoré? Ou bien n’a-t-il pas été saisi de cette question? A supposons qu’il ne l’a pas été. Au moins, il a suivi l’actualité et les nombreux meetings que Kadré et ses soutiens ont organisés à travers le pays. Quand les soutiens de Kadré ont créé le mouvement «Agir Ensemble», qu’a dit Blaise Compaoré? Est-ce donc à dire que Kadré Désiré Ouédraogo va mettre fin, pour l’instant, à ses ambitions présidentielles et présenter sa candidature à la candidature comme le prévoient les textes du parti? En ce moment, que deviendra le mouvement «Agir Ensemble» ?

A moins que Blaise Compaoré ait laissé tout cela se mélanger pour, au finish, se présenter en conciliateur vers lequel tout le monde doit se tourner. Même quand il s’agira de désigner le candidat du parti. Que pourrait être lui-même.

Dabaoué Audrianne KANI



145
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Elections présidentielle et législatives 2020, on y va !

Avec l'investiture officielle du candidat du Mouvement du peuple pour le progrès (Roch Marc Christian Kaboré, candidat à sa propre succession) et le re...

14/07/2020

Ainsi, Bala et ses députés sont passés à la trappe des...politiciens

Ils croyaient dur comme fer que leur affaire allait être accueillie à bras ouverts par la classe politique. Surtout que c'est le deuxième personnage de l...

13/07/2020

Reporter les législatives, les arguments volent bas

Comme s'ils n'entendaient pas les cris des Burkinabè, des députés demandent le report des élections législatives pour les coupler en novembre 2021 avec l...

10/07/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





02:04:29