Rencontre Etat-Secteur privé : Christophe Dabiré prend des engagements réalistes

17/10/2019
00:00

Pas de promesses hasardeuses de la part du chef de gouvernement burkinabé à l’issue des travaux de la deuxième rencontre avec les acteurs du secteur privé. Mais, seulement un engagement ferme à faire tout ce qui est possible pour faciliter l’émergence et la croissance d’un privé burkinabé uni, face aux défis économiques et de développement du pays.

La deuxième rencontre nationale entre les acteurs du secteur privé et l’Etat burkinabé s’est achevée ce mardi 15 octobre à Bobo-Dioulasso. L’adresse de clôture du Premier ministre a constitué la note finale des assises. Le chef du gouvernement burkinabé a voulu tenir aux partenaires privés un langage de vérité, qui les rassure cependant. Il leur aadressé des mots d’encouragement et de félicitations ainsi qu’aux organisateurs, dont les notabilités de la ville de Sya, avant d’aller droit au but sur certaines préoccupations relatives aux travaux.

Christophe Dabiré a surtout mis l’accent sur la nécessaire cohésion du secteur privé, par une organisation professionnelle favorable pour tous les acteurs, afin d’aboutir à des résultants efficients. «C’est ensemble que les composantes du secteur privé pourront remporter de justes victoires, pas sur la base d’intérêts particuliers des uns et des autres», a-t-il soutenu. Il a, à l’occasion, usé de la métaphore de l’alpiniste français pour expliquer comment il souhaite voir les acteurs du privé agir ensemble pour atteindre les sommets du développement économique dans un Burkina Faso prospère.

En ce sens et à l’endroit des médias, le chef du gouvernement burkinabé a exprimé une marque d’attention particulière pour l’importance de leur rôle dans la transmission d’une information vraie, mais favorable à une image réelle et positive du pays où vivent des hommes et des femmes «dont personne n’a jusqu’à ce jour exprimé le besoin d’aller ailleurs»…. Les préoccupations sécuritaires étaient également au centre des travaux ! Le lancement des Journées burkinabé de la qualité du 15 au 18 octobre 2019 sous le thème: «Faire de la culture qualité le levier de la transformation de notre économie», a constitué l’acte final du séjour de Christophe Dabiré dans la capitale économique.

(Encadré)

Préoccupations principales du monde des affaires

ü La pression fiscale sur les entreprises,

ü les pratiques anti-concurrentielles,

ü les lourdeurs administratives,

ü les préoccupations relatives aux marchés publics,

ü les insuffisances d’accompagnement des entreprises en difficulté,

ü l’absence de mesures structurelles de promotion des produits locaux,

ü le développement de l’employabilité des jeunes.

Propositions de solutions

ü L’allégement de la pression fiscale sur les entreprises,

ü l’implication des professionnels de sécurité dans les commissions techniques des appels d’offres sur les marchés de sécurité,

ü la prise en compte de l’expertise nationale dans la formulation des politiques de développement et leurs mises en œuvres,

ü l’implication des sociétés privées de sécurité dans la chaine opérationnelle des forces de sécurité intérieure,

ü l’organisation des états généraux de la sécurité privée,

ü la relance des vols charters et cargo à destination de Bobo-Dioulasso,

ü un équipement adéquat de l’aéroport en infrastructures,

ü intensification de la lutte contre la fraude impliquant le secteur privé,

ü la mise en œuvre du statut de l’entreprenant,

ü l’indemnisation des entreprises victimes de pillages en 2014,

ü la suppression de la subvention sur le gaz,

ü l’assainissement du marché du sucre au Burkina Faso,

ü l’arrêt des tracasseries douanières à l’intérieure du pays!

Sibiri SANOU



136
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Crise foncière, comme s’ils n’en ont plus peur

Tout le monde est unanime, la prochaine crise qui va secouer sérieusement et durablement le Burkina Faso, c'est bien la crise foncière. Malgré la sensi...

05/06/2020

Présidentielle et législatives, l’opposition coince le pouvoir

La présidentielle et les législatives se tiendront à bonne date. Avait déclaré Simon Compaoré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP...

04/06/2020

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:56:55