Crise à Hong Kong : « La Chine ne cédera jamais aux menaces extérieures »

21/10/2019
00:00

Hong Kong, territoire chinois, autrefois sous domination coloniale britannique depuis 1842 et rétrocédée à la Chine en 1997, traverse actuellement une crise sociale. Pour donner des informations sur cette situation, Xu Fei, conseiller politique à l'ambassade de la République populaire de Chine au Burkina Faso, était face aux hommes de médias le vendredi 18 octobre 2019 à Ouagadougou.

Depuis plus de trois mois, à Hong Kong, territoire chinois, des manifestants vêtus de noir et armés de lances bricolées, de cocktails Molotov, de briques et de bâtons ont endommagé des installations publiques, agressé des passants et perturbé l'ordre public. Pour Xu Fei, conseiller politique à l'ambassade de la République populaire de Chine au Burkina Faso, «ces manifestations menacent la sécurité des habitants de Hong Kong et paralysent l'économie locale». De l'origine de la crise, il ressort qu'un jeune taïwanais ayant assassiné sa copine en Taiwan se réfugie à Hong Kong. Il ne peut pas être jugé à Hong Kong pour un meurtre commis en Taïwan. Et faute d'accord de coopération judiciaire, il ne pouvait pas non plus être extradé. Face à cette situation, le chef de l'exécutif de Hong Kong, Carrie L'Amour introduit un projet de loi à l'Assemblée nationale afin que l'extradition puisse couvrir plus de pays et de régions, y compris l'île de Taiwan et le Mainland de la Chine. Selon le conseiller politique, Xu Fie, «le chef de l'exécutif a bien discuté avec les représentants de différents niveaux pendant longtemps». Cependant, les "pro démocratie" utilisent le doute et l'ignorance d'une partie de la population en disant que cette loi a pour motif de renforcer la gouvernance du parti communiste chinois à Hong Kong en extradant les opposants politiques. "Le chef de l'exécutif a bien démenti leurs rumeurs et ajoutant que la suspicion politique ne fait pas partie de cette loi, mais ils continuent à inciter les gens à protester dans les rues pour dénoncer ce texte", a précisé Xu Fei. Face à la montée des violences, le chef de l'exécutif a retiré son projet de loi et a engagé le dialogue avec les différentes parties de la société.

Pour le bilan des émeutes, de juin à août 2019, 177 policiers blessés, plusieurs civils agressés et blessés, d'importants dégâts matériels et l'économie de Hong Kong en chute libre. Pour Xu Fei, «il y a une main étrangère occidentale bien visible». " Les puissances occidentales ne cessent d'apporter leur soutien aux émeutiers. Des diplomates américains ont été aperçus en public avec des leaders de la contestation. Et le drapeau chinois a été profané par les manifestations qui brandissent le drapeau américain", explique le diplomate chinois.

La position de la Chine

A en croire Xu Fei, «les manifestations contre cette loi ne sont rien d'autre qu'une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine». «Et relève de nouveau la mauvaise intention des Etats-Unis d'utiliser Hong Kong comme pion pour contenir la Chine», ajoute-t-il. Il précise que «les motifs de certains hommes politiques américains sont de maintenir l'hégémonie des États-Unis et de privilégier leurs propres intérêts politiques et économiques». " Cela n'a rien à voir avec les droits de l'homme ni la démocratie. C'est une manière de masquer leur projet de contenir la Chine en introduisant le chaos à Hong-Kong", dit-il. Il a par ailleurs martelé que «la Chine ne cédera jamais aux menaces extérieures sur les questions qui concernent sa souveraineté». «Pour la Chine, Hong Kong mérite la paix, la stabilité et la prospérité comme les autres pays du monde. La Chine défendra avec la dernière énergie le principe«un pays, deux systèmes» et c'est en s'adossant à la mère patrie que Hong Kong pourra prospérer», a conclu le diplomate chinois.

Jules TIENDREBEOGO



50
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Pau sera un nouveau départ contre le terrorisme au Sahel

Iront-ils, n'iront-ils pas? Le président français, Emmanuel Macron veut parler «franchement» avec les chefs d'Etat du G5 Sahel. Il veut leur demander, ...

06/12/2019

Barrage de Samendéni, l’eau et le poisson ne suffisent pas

Le grand Ouest a enfin eu son premier grand barrage. C'est celui de Samendéni dont l'inauguration a eu lieu ce samedi 30 novembre par le chef de l'Etat...

05/12/2019

Gouvernement/syndicats, reprenez et discutez franchement

C'est une bonne chose de savoir que sur initiative du Premier ministre, le dialogue gouvernement/partenaires sociaux pourrait reprendre avant la fin de...

04/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





06:07:10