Crise au CDP : « Eddie Komboïgo n’a qu’à aller se faire foutre »

22/10/2019
00:00

Le lundi 21 octobre 2019, Ouagadougou a abrité la conférence de presse des militants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) sanctionnés lors du congrès extraordinaire du 22 septembre dernier. Cette rencontre a trait aux dispositions qu’ils ont prises pour donner suite aux orientations fixées par le président d’honneur, Blaise Compaoré, à l’occasion des concertations organisées à Abidjan.

Des militants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ont rencontré les journalistes dans le but de leur donner des informations précises sur les derniers développements de la crise qui a donné lieu à des sanctions. Et aussi, sur les dispositions qu’ils ont prises pour donner suite aux orientations fixées par le président d’honneur, Blaise Compaoré, à l’occasion des concertations qu’il a organisées à Abidjan les 8 et 9 octobre 2019. Après la lecture de la déclaration liminaire par Léonce Koné, porte-parole des militants sanctionnés, lors des échanges, un journaliste a posé la question de savoir si les sanctionnés ont un problème personnel avec Eddie Komboïgo, président du CDP. «Nous n’avons pas de problème particulier avec Eddie Komboïgo, mais nous dénonçons sa façon de gouverner», a réagi Léonce Koné. Et Salia Sanou d’ajouter que: «Eddie Komboïgo gère le CDP comme sa propre boutique. Il met qui il veut à la place qu’il veut. Ça ne doit pas se passer comme ça. Il n’a qu’à aller se faire foutre! Le parti, c’est comme un vélo de course; et Eddie Komboïgo, au lieu de bien réparer le tien, est plutôt en train de le démonter». Ils ont réaffirmé leur soutien à Kadré Désiré Ouédraogo et comptent réintégrer les rangs du CDP. Le principal animateur de cette rencontre, Léonce Koné a apporté un démenti formel à deux informations. «J’ai entendu dire que nous, les militants sanctionnés, aurions effectué une démarche pressante auprès du président d’honneur pour l’amener à solliciter la levée des sanctions par la direction du parti. Rien n’est plus faux. Personne parmi nous n’a entrepris une telle initiative», a-t-il relevé. Et il précise: «Certains organes de presse ont rapporté une déclaration du président du CDP, qui explique que préalablement à la prise des sanctions par le congrès, il aurait obtenu l’accord du président d’honneur, accompagné même de chaleureuses félicitations pour son sens de l’autorité. Cette affirmation est également fausse, puisqu’elle est contredite par le président d’honneur lui-même, dans les récentes correspondances». Le porte-parole a salué le président d’honneur pour son implication personnelle pour dénouer la crise. «Nous saluons la hauteur de vue, la sagesse, ainsi que la volonté de préserver l’unité et la cohésion du CDP». Et pour conclure, Léonce Koné a martelé : «Nous sommes prêts à engager un dialogue constructif au sein de la direction du CDP, dans un climat de respect mutuel, en ayant en vue l’intérêt supérieur du parti».

Jules TIENDREBEOGO



29
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Gouvernement/agents de santé, que chacun prenne ses responsabilités

Les travailleurs, militants de quatre syndicats des agents de santé sont repartis hier en grève. Pour la énième fois, est-on tenté de dire. Parce que l...

21/11/2019

Et si les Burkinabè en voulaient à la France pour rien !

Une certaine opinion anti-France est en train de se forger au Burkina Faso. Tout simplement parce que des Burkinabè accusent la France de ne rien faire...

20/11/2019

Insécurité, malgré tout le Faso reste débout et avance

Si les terroristes qui attaquent le Faso pour des raisons diverses (à en croire le ministre de la Sécurité) croient qu'ils vont faire fléchir ce peuple...

18/11/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:15:31