Forum économique Russie-Afrique : Vladimir Poutine s'africanise

24/10/2019
00:00

L'Afrique a connu Jacques, l'ami des Africains, en référence à la relation particulière entre le défunt président français Jacques Chirac et le continent africain. Depuis ce mercredi, un autre président, connu pour être un des Hommes les plus forts du monde a entamé son "africanisation".

A Sotchi, Vladimir Poutine, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a présenté l'Afrique autrement. Coupant avec la tradition à l'ouverture du premier Forum Russie-Afrique, le président Poutine a présenté le continent sous ses beaux jours.

En présence du Chef de l'État burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré et d'une quarantaine de présidents et de chefs de gouvernement, Poutine a entamé ses propos en présentant l'Afrique comme un continent à forte potentialité économique. Terre d'opportunités, de défis, de compétitivité, l'Afrique serait une priorité pour la Russie. Dans les perspectives, Moscou envisage de doubler le volume des échanges avec le continent dans cinq ans. Et pour y arriver, la Russie compte tout naturellement sur ses secteurs historiques. A savoir, les secteurs de l'armement et de la logistique des transports.

A l'ère du tout informatique, la Russie se veut être une alternative à la toute puissance des entreprises de la Silicone Valley symboliser par les Gafa (Google, Amazone, facebook, apple).

Dans un contexte de tensions exacerbées avec les pays occidentaux, Poutine a proposé à l'Afrique de faire des affaires sans le dollar.

Ce que la Russie propose à l'Afrique

Tenu dans un centre imposant de la station balnéaire de Sotchi, rendu encore plus imposant par l'exposition des fleurons de l'armement russe, le sommet économique de Sotchi a permis à Vladimir Poutine de partager ses offres à l'Afrique.

Avec comme interlocuteur, le président Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso et des grosses pointures de l'Afrique telles Al Sissi de l'Egypte, Buhari du Nigéria, le président russe envisage des lendemains meilleurs avec l'Afrique. Pour y arriver, la Russie est prête à mettre sur table sa technologie nucléaire. Dans le domaine de la fiscalité, la proposition russe est une innovation. Une petite machine qui fonctionne le plus facilement possible tout en donnant aux impôts toutes les données. Autres innovations, les russes ont présenté aux participants leurs sociétés qui rivaliseront avec les grands américains.

Au travers d'une vidéo, la salle a pu découvrir des véhicules sans chauffeurs, des opérateurs russes évoluant dans la cryptomonnaie. Mieux, la Russie s'est dotée d'un fonds d'investissement, axé sur l'import/export.

Pour rappel, les échanges commerciaux entre la Russie et l'Afrique s'élevaient à plus de 20 milliards en 2018.

La sécurité pour la journée du Jeudi

Après le volet économique, un des axes majeurs du premier sommet Russie Afrique est sans doute les discussions sur la thématique sécurité.

D'ores et déjà, le Burkina est parmi ceux qui ont engrangé des résultats. A la suite de l'audience accordée au vice-ministre russe chargé des Affaires étrangères, il est ressorti que des collaborations sont en vues. Dans un cadre plus élargi, le président du Faso parlera de la sécurité en zone G5 sahel.

Encadré

Audience du président du Faso

En marge du forum Russie-Afrique, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a accordé une audience à Mikhail L Bogdanov, représentant spécial du président russe et vice-ministre des Affaires étrangères de son pays. A la sortie de l'audience, le ministre Bogdanov a fait le point des échanges. Pour lui, le Burkina est un pays particulier pour la Russie. Il y a une tradition diplomatique entre les deux nations. A l'heure du terrorisme, Bogdanov n'exclut pas une présence russe au Burkina dans les jours à venir. En clair, le ministre russe dit avoir discuté avec le président du Faso de l'apport plausible de son pays dans la sécurisation du Burkina. Les Russes assureront certainement la formation militaire des Forces armées nationales. En sus du volet militaire, il est à noter que l'axe Moscou-Ouagadougou veut se renforcer dans des domaines comme l'agriculture, l'économie et l'éducation.

Ousséni BANCE à Sotchi



23
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Le problème du Burkina, c’est la longévité au pouvoir

On fait semblant de ne pas voir le problème qui se pose au Burkina Faso. Alors qu'il suffit tout simplement de faire un pas en arrière, juste en 2014 p...

13/11/2019

A quoi servent-elles, toutes ces condamnations hypocrites ?

Ils ont depuis longtemps cette habitude de se précipiter et de répandre dans les médias, à travers des déclarations pour condamner les attaques terrori...

06/11/2019

N’en pouvant plus, ils tirent à boulets rouges sur Roch et son pouvoir

Le cinquième anniversaire de l'insurrection populaire, et les dernières attaques terroristes, ont donné l'occasion de savoir combien les Burkinabé, dan...

05/11/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





17:37:02