Afrique convoitée, Afrique en retard de développement

24/10/2019
00:00

Tous les spécialistes des questions économiques et de développement sont unanimes sur la question: l’Afrique est le continent de l’avenir. Faut-il alors comprendre pourquoi cette cours assidue, mais jusqu’à présent sans mariage véritable que les pays puissants du monde lui font? Afrique-France, Chine-Afrique, Etats-Unis/Afrique, Japon-Afrique, Russie-Afrique,… sont autant de rencontres qui se tiennent régulièrement entre l’Afrique et les puissants du monde sur de nombreuses questions. Notamment économique et de développement. Mais, jusqu’à présent, le continent de la civilisation peine à prendre ses marques pour son développement. Que faut-il donc comprendre? Comme cette jeune fille aux nombreux prétendants ou ce jeune homme qui ratisse large, l’Afrique risque d’avoir le réveil douloureux quand elle comprendra que son développement ne viendra pas d’ailleurs. Autrement, quand toutes ces grandes puissances auront compris et fini d’exploiter ses ressources, elles iront voir ailleurs et la laisser toute seule face à son destin.

En effet, il est aujourd’hui inconcevable de constater que, malgré toutes ses rencontres et tous les engagements qui sont pris à l’occasion, l’Afrique connaît tous ces maux dont elle souffre. Soit il y a de la mauvaise volonté qui consiste à faire semblant et à maintenir le continent dans son état de pauvreté, soit ce son les Africains eux-mêmes qui n’arrivent pas à poser les vrais problèmes et à tirer profit des engagements qui sont pris.

Il faut croire qu’en Afrique, on pense jusqu’à présent que le développement viendra d’ailleurs. Ceux qui ne le pensent pas font peu de chose pour eux-mêmes et pour leurs communautés. Comment peut-on amorcer véritablement le développement quand ceux qui doivent le porter refusent volontairement ou par ignorance de le faire?

Heureusement qu’avec certains partenaires comme la Chine et la Russie, qu’on peut considérer de nouveaux partenaires de l’Afrique, les choses pourraient changer. Quand bien même, dit-on, qu’en matière de coopération entre Etats, il n’y a que des intérêts.

La Chine dit qu’elle veut coopérer d’égal à égal avec l’Afrique. Pas d’ingérence dans les affaires intérieures des pays. Autrement, elle n’imposera rien à ses partenaires qui sont suffisamment conscients de ce qu’ils veulent devenir. En Russie, on semble avoir emboité le même pas. L’Afrique est et sera seule à définir ce qu’elle veut et les conditions dans lesquelles elle compte réussir son objectif.

Quand on considère ce mode de coopération (qu’on pourrait qualifier de nouveau par rapport au traditionnel qu’on a connu jusqu’à présent avec d’autres puissances), il pourrait bien aider les pays africains à imposer leur façon de concevoir leur propre développement. Surtout avec cette jeunesse africaine qui prend de plus en plus ses responsabilités après avoir compris qu’elle a longtemps été maintenue dans l’ignorance juste pour ne pas se rendre compte de l’exploitation de ses ressources.

En Russie donc, on espère que la quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement qui prend part à la rencontre se Sotchi reviendront avec des engagements fermes, réalistes et concrets. Au cas contraire, la rencontre de Russie risque d’être une de plus.

DabaouéAudrianne KANI



107
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Elections présidentielle et législatives 2020, on y va !

Avec l'investiture officielle du candidat du Mouvement du peuple pour le progrès (Roch Marc Christian Kaboré, candidat à sa propre succession) et le re...

14/07/2020

Ainsi, Bala et ses députés sont passés à la trappe des...politiciens

Ils croyaient dur comme fer que leur affaire allait être accueillie à bras ouverts par la classe politique. Surtout que c'est le deuxième personnage de l...

13/07/2020

Reporter les législatives, les arguments volent bas

Comme s'ils n'entendaient pas les cris des Burkinabè, des députés demandent le report des élections législatives pour les coupler en novembre 2021 avec l...

10/07/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





03:33:30