Tour du Faso 2019 : Trois vainqueurs différents pour les trois premières étapes

28/10/2019
00:00

C’est parti depuis le vendredi 25 octobre 2019, pour la 32ème édition du Tour du Faso. 87 coureurs de 13 pays prennent part à ce Tour du centenaire. La compétition a été officiellement lancé par l’épreuve de la contre la montre sur l’avenue Charles De Gaule, un circuit de 07 km par équipe remporté par l’Angola. La deuxième étape, une course en ligne entre Nagréongo -Tenkodogo, long de 150,5 km disputée le Samedi 26 octobre 2019 a vu la victoire du Burkinabè Mathias Sorgho à Tenkodogo et la troisième étape courue hier entre Tenkodogo-Dapaong au Togo distant de 145km, s’est soldé par la victoire d’étape du Rwandais Moïse Mugisha.

L’édition du centenaire du Tour du Faso a débuté par une épreuve de course contre la montre par équipe. En effet, cette épreuve consiste à faire un classement des équipes après que chacun ait couru la même distance de 7 km. Et ce sont les temps des trois premiers qui sont comptabilisés. C’est la 13ème fois que cette épreuve a lieu sur le Tour du Faso mais les statistiques ne sont pas favorables aux Etalons qui n’ont gagné qu’une seule fois. Cette épreuve va offrir à l’Angola sont premier maillot jaune de la compétition. Les angolais très à l’aise dans cette épreuve ont réalisé le meilleur chrono, en parcourant la distance des 07 km en 8 minutes 05 secondes. Ils devancent les rwandais qui avaient signés un temps proche soit 8 minutes 15 secondes. La première équipe du Burkina Faso se classe en 8ème position avec un temps 8 minutes 35 secondes. C’était après la Belgique (8 minutes 21 secondes), la Hollande avec un chrono de (8 minutes 24 secondes), la Suisse (8 minutes 26 secondes) et l’Algérie avec un temps de (8 minutes 26 secondes). Déjà à cette épreuve, les angolais creusent un écart de 10 secondes avec les rwandais et 30 s avec les Burkinabè.

Mathias Sorgho, vainqueur à Tenkodogo

Si les Etalons cyclistes ont du mal à s’imposer dans les épreuves de la contre la montre, ils savent néanmoins gérer les courses lignes. Véritables maitres des lieux, ils s’imposent au premier sprint intermédiaire à Mogtédo, avec le trio, Salif Yerbanga, Souleymane Koné et Sadou Diallo. Ces trois coureurs sont vite avalés par le peloton mené par les rwandais. A Zorgho au deuxième sprint intermédiaire, c’est Bruno César de l’Angola qui s’impose devant Bachirou Nikiéma et Jonas Doring de la Suisse. Et au dernier sprint intermédiaire à Koupèla, Bachirou Nikiéma revient à la charge et remporte devant Jonas Dôring de la Suisse et Van De Mieroop Sam. Resté à l’ombre pendant toute la course en se mettant dans les roues des bonnes échappées, Mathias Sorgho a saisi sa chance au sprint final en coiffant au poteau le belge Van De Mieroop Sam. Confortable dans sa position de maillot jaune du Tour après leur victoire à la course contre la montre, la victoire du Burkinabè Mathias Sorgho n’inquiète pas pour autant le maillot jaune Bruno César de l’Angola qui conserve sa tunique.

Lerelief Togolais sourit aux Rwandais vainqueur de l’étape et maillot jaune

Les Etalons cyclistes, le savaient l’étape Tenkodogo-Dapaong, allait lune des plus difficile pour eux à cause du relief. Visiblement, ce sont les rwandais qui avaient la faveur de ce relief, un peu semblable à celui de leur pays avec des côtes à grimper. Un sprint intermédiaire a été disputé sur le territoire national notamment au Poste de Douane de Bittou et a été remporté par le burkinabè Abdoulaye Rouamba devant le Suisse Dôring Jonas et le Rwandais Uwizeye Jean Claude. Les deux derniers de cette étape disputé sur le territoire Togolais ont vu Buyle Pieter de la Belgique devancé Bruno César de l’Angola et Souleymane Koné du Burkina Faso au poste de l’immigration du Togo et à Timbou , le hollandais Van Der Wal Luuk s’imposent devant Abou Sanogo de la Côte d’ivoire et Mathias Sorgho du Burkina Faso. A 20 km de l’arrivée Moise Mugisha décide d’aller seul. Et les autres concurrents vont commettre l’erreur de le laisser partir. Il saisit l’occasion pour creuser l’écart et finira par s’imposer en forceps. Cette victoire lui fait une pierre deux coups, car il est vainqueur de l’étape et du maillot jaune. Pour le directeur technique national du Burkina Faso, «c’était de pression et le relief était favorable au rwandais. Les Etalons n’ont pas dit leur dernier mot, ils comptent s’affirmer un peu plus sur les étapes à venir. Et pourquoi pas lors de quatrième (4ème) étape Bittou- Koupèla prévu ce lundi 28 0ctobre 2019.

Le ministre des Sports et des Loisirs, Daouda Azoupiou à propos de l’incursion au Togo: « Nous avons assisté à l’arrivée de la troisième étape du Tour du Faso à Dapaong au Togo. Ceci justement dans le cadre de l’intégration des populations. Je dois dire que cette étape a été un véritable succès aux regards de l’engagement, de la compétition. Toutes les équipes qui ont rivalisé méritent de gagner l’étape. Nous avons apprécié cette étape gagnée par le Rwanda, à la deuxième étape, c’était le Burkinabè Mathias Sorgho, et l’Angola au prologue à Ouagadougou. C’est dire que tous les pays qui sont venus qu’ils soient de l’Afrique ou de l’Europe ou encore d’autres continents sont venus avec l’esprit de gagner ce Tour, et d’y participer. Je dois tirer mon chapeau à Monsieur le préfet de Dapaong et à l’ensemble de ces collaborateurs, qui se sont impliqués depuis que nous avons pensé qu’il fallait associer le peuple togolais à cette 32ème édition du Tour du Faso. Ils ont participé à l’organisation, et nous avons assisté à un véritable succès».

Le Président du Jury à propos des deux étapes en ligne:« ça va très vite. Il faut reconnaître que le niveau du cyclisme africain a beaucoup évolué et maintenant on peut s’attendre, à ce que les coureurs prennent leurs places dans le cyclisme mondial. Pour un Tour à 2.2, c’est de la volonté de l’organisation et aussi une question budgétaire».

Firmin OUATTARA. Envoyé spécial sur le Tour



19
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Le problème du Burkina, c’est la longévité au pouvoir

On fait semblant de ne pas voir le problème qui se pose au Burkina Faso. Alors qu'il suffit tout simplement de faire un pas en arrière, juste en 2014 p...

13/11/2019

A quoi servent-elles, toutes ces condamnations hypocrites ?

Ils ont depuis longtemps cette habitude de se précipiter et de répandre dans les médias, à travers des déclarations pour condamner les attaques terrori...

06/11/2019

N’en pouvant plus, ils tirent à boulets rouges sur Roch et son pouvoir

Le cinquième anniversaire de l'insurrection populaire, et les dernières attaques terroristes, ont donné l'occasion de savoir combien les Burkinabé, dan...

05/11/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





17:37:20