Communauté musulmane du Burkina Faso : Destitué à Bobo, El Hadj Abdoul Rasmané Sana se maintient à Ouaga

29/10/2019
00:00

La communauté musulmane du Burkina Faso traverse une crise à son haut niveau. Pour mieux l’expliquer, le président de la communauté, El Hadj Abdoul Rasmané Sana, était hier lundi 28 octobre 2019 face à la presse, à la grande mosquée de Ouagadougou, devant un parterre de fidèles musulmans.

Le président de la communauté musulmane du Burkina Faso, El Hadj Abdoul Rasmané Sana, a initié une rencontre pour informer ses fidèles de la situation de crise que traverse la communauté. Son mandat va jusqu'en juin 2020. Et un groupe de musulmans s’est retrouvé à Bobo-Dioulasso pour mettre en place un nouveau bureau de la communauté. Ce qui mettra fin au mandat du président actuel. Pourquoi cette division et que s'est-il passé ? Pour le président de la communauté musulmane du Burkina Faso, El Hadj Abdoul Ramané Sana, "le secrétaire général m'a demandé de mettre en place une commission restreinte composée de quelques vice-présidents avec qui je dois prendre les décisions. Aussi, El Hadj Moussa Semdé, 3eme vice-président m'a demandé de suspendre le président de la jeunesse pour affaires de fétichisme. Et ce dernier voulait être signataire sur le compte de la commission de l'extension de la grande mosquée avec lui". Le président El Hadj Abdoul Ramané Sana s'est opposé a toutes ses demandes qu'il juge anormales. Et concernant Cheick Mahamoudou Bandé le président s'est opposé a lui aussi au moment alors qu’il voulait prendre la place du grand Imam. C'est toutes ces situations qui ont conduit, selon lui, le groupe de sept musulmans à se désolidariser de la présidence actuelle.

Jules TIENDREBEOGO



188
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Crise foncière, comme s’ils n’en ont plus peur

Tout le monde est unanime, la prochaine crise qui va secouer sérieusement et durablement le Burkina Faso, c'est bien la crise foncière. Malgré la sensi...

05/06/2020

Présidentielle et législatives, l’opposition coince le pouvoir

La présidentielle et les législatives se tiendront à bonne date. Avait déclaré Simon Compaoré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP...

04/06/2020

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:04:32