Congrès ordinaire du PDC : Abdel Aziz Fadel Sérémé, officiellement président du parti

06/11/2019
00:00

Le parti pour le développement et le changement (PDC) a tenu son 2ème congrès ordinaire les 2 et 3 novembre à Ouagadougou. La cérémonie de clôture qui a eu lieu au palais des sports de Ouaga 2000 a refusé du monde.

«Consolidation du ciment social, renforcement de l’unité nationale, de la stabilité et de la paix dans un contexte de mutations socio-politiques, de défis sécuritaires et d’ancrage de la démocratie au Burkina Faso». C’est sous ce thème que le parti pour le développement et le changement (PDC) a tenu son 2èmecongrès ordinaire le 2 et 3 novembre dernier à Ouagadougou. Le congrès a tenu toutes ses promesses surtout en matière de mobilisation. Le palais des sports de Ouaga 2000, où s’est tenue la cérémonie de clôture a refusé du monde. Venus des quatre coins du Burkina Faso, les congressistes ont confirmé Abdel Aziz Fadel Sérémé, président du PDC, précédemment président par intérim du parti. Le bureau exécutif national a été renouvelé et passe désormais de 37 à 70 membres. Et Saran Sérémé/Séré, fondatrice du parti a été élevée au rang de présidente d’honneur. En rappel, le 2ème congrès du PDC a pris une motion de soutien au gouvernement pour ses efforts en faveur de la sauvegarde de l’unité et la paix. Le nouveau président du parti, Abdel Aziz Fadel Sérémé, a exhorté ses militants à l’union sacrée autour du Président du Faso et de son gouvernement. Pour l’élection présidentiellede 2020, le président du parti a déclaré que la situation nationale commande au parti du cheval blanc une unité d’action autour du Président du Faso? Roch Marc Christian Kaboré. Dans la lutte âpre contre le terrorisme, le parti a également pris une motion de soutien aux forces de défense et de sécurité.

Jules TIENDREBEOGO



10
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Le problème du Burkina, c’est la longévité au pouvoir

On fait semblant de ne pas voir le problème qui se pose au Burkina Faso. Alors qu'il suffit tout simplement de faire un pas en arrière, juste en 2014 p...

13/11/2019

A quoi servent-elles, toutes ces condamnations hypocrites ?

Ils ont depuis longtemps cette habitude de se précipiter et de répandre dans les médias, à travers des déclarations pour condamner les attaques terrori...

06/11/2019

N’en pouvant plus, ils tirent à boulets rouges sur Roch et son pouvoir

Le cinquième anniversaire de l'insurrection populaire, et les dernières attaques terroristes, ont donné l'occasion de savoir combien les Burkinabé, dan...

05/11/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





17:34:43