Lutte contre le terrorisme, pourquoi maintenant et pas avant ?

22/11/2019
00:00

La force de frappe des Forces de défense et de sécurité burkinabè est montée en puissance ces deux dernières semaines. Si bien qu’on a envie de leur dire bravo! Apparemment, elles n’attendent plus que les terroristes attaquent, mais vont à leur rencontre, les neutralisent et récupèrent leurs armes et autres matériels. Il ne faudra pas qu’une quelconque organisation de défense de droits humains vienne dire que les terroristes ont des droits. Parce que, personne n’a entendu une organisation se plaindre parce que les terroristes tuent lâchement des personnes civiles aux mains complètement nues. Alors que ces dernières ont plus le droit de vivre que ces terroristes qui, visiblement, ont d’ailleurs choisi de mourir. Autant les y accompagner!

Certainement que l’armée burkinabè a dû changer de stratégie. Alors pourquoi maintenant et pas bien avant? Pourrait-on s’interroger. Qu’à cela ne tienne, la principale satisfaction est qu’enfin, nos Forces de défense et de sécurité semblent avoir pris le dessus. Elles ont compris les stratégies des terroristes qui, à voir leurs modes d’attaque, en ont expérimenté plusieurs. Ils ont joué sur toutes les cartes pour faire peur et atteindre le moral des Burkinabè. Heureusement qu’ils n’y sont pas parvenus. Les Burkinabè sont restés résilients et imperturbables. Soudés derrière leurs Forces de défense et de sécurité et même prêts à rejoindre les rangs, à travers l’opération de recrutement de volontaires, pour les accompagner.

Aussi, les Burkinabè doivent-ils impérativement comprendre que la lutte contre l’hydre terroriste est d’abord la leur. Aucune puissance occidentale, ne viendra exposer et faire tuer ses soldats à la place des nôtres. Aucune puissance occidentale ne nous fournira des armes plus sophistiquées que celles des terroristes si nous n’allons pas nous-mêmes les acheter. C’est pourquoi, il est indécent par moments d’assister à ces accusations parfois fantaisistes entre opposition et pouvoir au sujet de soutien et de complicité avec les terroristes. On ne devrait plus être à ce niveau car, les forces de défense et de sécurité ont besoin de sérénité pour affronter courageusement l’ennemi commun. Quand le temps viendra pour les joutes politiques, chacun aura l’occasion, soit de défendre son mandat soit d’expliquer son projet de société. Pour l’instant, les Burkinabè veulent se concentrer sur leur sécurité et leurs conditions de vie et de travail.

Il y a de nombreux déplacés internes qui ne cherchent qu’à survivre parce qu’ils n’ont plus rien après avoir fui leurs localités. Certainement qu’ils sont nombreux aussi parmi eux qui voudraient bien retourner chez eux. Tout cela est préoccupant et devait l’emporter sur toute autre considération. De toute façon, les Burkinabè qui ne sont plus dupes, sauront en temps opportun apprécier les responsabilités des uns et des autres dans cette situation d’insécurité.

Dabaoué Audrianne KANI

 



15
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Pau sera un nouveau départ contre le terrorisme au Sahel

Iront-ils, n'iront-ils pas? Le président français, Emmanuel Macron veut parler «franchement» avec les chefs d'Etat du G5 Sahel. Il veut leur demander, ...

06/12/2019

Barrage de Samendéni, l’eau et le poisson ne suffisent pas

Le grand Ouest a enfin eu son premier grand barrage. C'est celui de Samendéni dont l'inauguration a eu lieu ce samedi 30 novembre par le chef de l'Etat...

05/12/2019

Gouvernement/syndicats, reprenez et discutez franchement

C'est une bonne chose de savoir que sur initiative du Premier ministre, le dialogue gouvernement/partenaires sociaux pourrait reprendre avant la fin de...

04/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





06:09:33