Soft célébration du 11-Décembre dans les Hauts-Bassins : Sous le signe de la reconnaissance nationale au mérite

12/12/2019
00:00

Prise d’armes et décorations ont constitué l’essentiel de la célébration de la 59ème célébration de notre accession à la souveraineté nationale et internationale à Bobo-Dioulasso. En lieu et place de la traditionnelle fête populaire, contexte d’insécurité oblige et en hommage aussi aux fils et filles de la nation tombés sur les théâtres d’opération de défense de notre intégrité territoriale.

 

Sobrement, tous les symboles de la république ont été respectés ce mercredi 11 décembre 2019 à Sya, à l’occasion de cette commémoration de notre indépendance. Toutes les autorités républicaines, régionales, locales et culturelles (coutumières) étaient également représentées au plus haut niveau, avec la présence remarquée de personnalités telles l’ancien Chef d’Etat Jean Baptiste Ouédraogo (invité d’honneur), et deBoubacar Bakayoko, gouverneur de la région de Sikasso (Mali) accompagné d’une forte délégation.

Dans son discours officiel en la circonstance,Antoine Atiou, gouverneur des Hauts-Bassins a salué la présence de ces deux personnalités parmi d’autres, l’un pour ses nombreuses initiatives au plan national «afin de rechercher des solutions qui préservent la paix et le vivre-ensemble»; l’autre pour «pour la coopération agissante à nos deux frontières dans la croisade commune contre le terrorisme». Sur l’Avenue Charles De Gaule de Bobo-Dioulasso, minutes de silence, salut aux couleurs, prise d’armes et décorations ont ponctué ces heures de souvenirs historiques de la victoire des luttes pour les libertés fondamentales de notre patrie sous le joug colonial. Le thème est allé dans le sens de cette fière détermination dans sa formulation, face aux défis d’aujourd’hui: «cent ans de la création du Burkina-Faso: devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la construction de l’Etat-Nation». Le gouverneur Antoine Atiou en appelle à la détermination et la contribution de toute la société dans tous ses segments pour faire face à toutes les adversités et bâtir ensemble un Etat stable et prospère. Il a terminé son propos en félicitant les nouveaux récipiendaires pour leur mérite ainsi reconnu par la nation burkinabé, en les encourageant «à toujours répondre présents là où la nation les appelle». Cette cérémonie de reconnaissance nationale a concerné au total 145 récipiendaires, allant des différents échelons de l’ordre de l’Etalon (la plus haute) à de simples médailles chargés de mérite et signification, pour la constance dans l‘effort au service de la nation toute entière, pendant des années. Tout simplement méritoire!

 

 

Antoine Atiou, gouverneur des Hauts-Bassins

«La particularité de la célébration de la 59ème fête de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale, nous l’avions voulue sobre en raison de la situation que traverse notre pays. Il s’agit de l’insécurité et tout ce que vous savez. Le gouvernement a voulu inviter les populations à une introspection, à une véritable réflexion sur la situation de notre pays, 100 ans après la création de la Haute-Volta. La présence du président Jean-Baptiste Ouédraogo, ancien président du Burkina Faso et du gouverneur de Sikasso a donné un cachet particulier à cette commémoration. Nous saisissons l’opportunité pour demander aux populations de garder la même vigilance comme elle l’a toujours fait. Dans la région des Hauts-Bassins, nous avons cette chance que les populations participent à la sécurisation de la région. Nous saluons cette grande contribution de la population et l’invitons à continuer de collaborer avec les forces de défense et de sécurité pour que nous puissions venir à bout du terrorisme dans notre pays».

 

Boubacar Bakayoko, gouverneur de Sikasso au Mali

«Tout le plaisir a été pour nous, de la région de Sikasso, d’être à cette 59èmecélébration de l’accession du Burkina Faso (ex-Haute-Volta) à la souveraineté nationale et internationale. Le message que nous apportons, c’est de remercier mon frère, le gouverneur des Hauts-Bassins, qui nous a donné cette opportunité d’être là ce jour, pour assister à cette grande fête d’anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso. C’est la preuve que la coopération transfrontalière sera toujours de mise; que ce soit pour le développement ou la sécurisation de nos deux pays frères pour une paix et la réconciliation entre nos deux régions, voire nos deux pays».

Sibiri SANOU

Souro DAO



15
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Pascal Zaida et le MPCRN, les signes d’une douce rupture

Décidément, les choses ne collent pas au sein du Mouvement pour le plaidoyer, la cohésion sociale et la réconciliation nationale (MPCRN) que dirige Safia...

14/02/2020

S’il veut discuter avec des djihadistes, laissez-le discuter !

Il faut tout de suite donner raison au président malien, Ibrahim Boubacar Keïta qui a choisi, entre autres moyens de lutte contre le terrorisme, de dis...

13/02/2020

Quand vont-ils retourner chez eux, ces déplacés internes ?

La question des déplacés internes est suffisamment sérieuse. Quand on voit des milliers de personnes, fuir des localités où elles sont nées et grandi, ...

12/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





23:02:47