Journée mondiale des handicapés dans les Hauts-Bassins : Plaidoyers pour la dignité et les droits des plus défavorisés

13/12/2019
00:00

Mardi 10 décembre 2019, le Centre de formation des handicapés des Hauts-Bassins a servi de cadre de célébration en différé de La journée mondiale de la personne handicapée à Bobo-Dioulasso. Le parrain de la cérémonie, Célestin B. Koussoubé, président du conseil régional est aussi un des initiateurs des textes de lois en faveur des personnes handicapées du Burkina Faso. Le volet législatif a constitué un point essentiel de la journée dédiée à ces frères et sœurs défavorisés.

 

Echaudés par des critiques faciles et autres paroles plus ou moins blessantes, les personnes en situation de handicap ne sont pourtant pas des paresseux qui prennent prétexte de leur handicap. Ils ont parfois du talent à revendre, comme cet artiste musicien interprète qui a animé la journée de célébration. Il est handicapé moteur et chante très bien. Malgré leur handicap parfois majeur, ils ne veulent donc plus être objet de pitié ni traités comme des hommes et femmes de seconde zone. Il est désormais question de droits à leur égard et leurs luttes et préoccupations s’orientent désormais en ce sens.

Un peu trop fièrement? «Nous ne demandons pas des miracles en notre faveur, seulement la prise en compte de nos personnes dans les services publics et de nos droits au plan national». Affirme un de leurs représentants lui-même handicapé visuel. Façon de parler bien sûr… De fait, en plus des actions diverses initiées par les ONG et les structures du ministère de l’Action sociale burkinabé, l’Assemblée nationale a déjà voté des textes de lois en faveur des personnes handicapées. Célestin Koussoubé, alors député, se souvient d’avoir travaillé sur des textes législatifs en ce sens, et même qu’il fut à l’origine de certaines de ces lois.

Dans la pratique, les personnes handicapées devraient être considérées comme prioritaires dans les services publics, de sorte à ne pas les faire attendre par exemple dans les longues files d’attente. Tout édifice –surtout public -bien fait devrait prendre en compte des mesures d’accessibilité facile aux personnes handicapées. Outre les rampes d’accès dans les bâtiments, les transports en commun comme les bus urbains devraient aussi normalement se conformer à ces normes d’accessibilité pour les handicapés. La situation actuelle est toute autre: de grands efforts restent à être faits en ce sens.

Il ne serait toutefois pas juste de dire que la personne handicapée est délaissée au Burkina Faso. Des millions de FCFA sont dépensés en leur faveur chaque année par diverses structures étatiques et non étatiques, mais ce n’est pas suffisant face aux besoins directs de ces personnes au point de leur faire jouir de tous leurs droits au même titre que les autres fils et filles du Burkina Faso. Il leur faut beaucoup de secours en équipements personnels parfois personnalisés en fonction de la spécificité de leur handicap; aussi bien les enfants que les adultes des deux sexes. Dans les milliers scolaires et d’apprentissage, dans les milliers professionnels également, comme dans la vie en général, à domicile et hors de domicile. Cela demande la construction d’infrastructures éducatives à la hauteur des besoins et autres centres adaptés, avec des personnels qualifiés. Bref, tout un domaine de spécialisation professionnelle qui demande que des vocations s’y engagent: des personnes non handicapées pour aider les handicapés à être des personnes normales.

Sibiri SANOU



18
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Pascal Zaida et le MPCRN, les signes d’une douce rupture

Décidément, les choses ne collent pas au sein du Mouvement pour le plaidoyer, la cohésion sociale et la réconciliation nationale (MPCRN) que dirige Safia...

14/02/2020

S’il veut discuter avec des djihadistes, laissez-le discuter !

Il faut tout de suite donner raison au président malien, Ibrahim Boubacar Keïta qui a choisi, entre autres moyens de lutte contre le terrorisme, de dis...

13/02/2020

Quand vont-ils retourner chez eux, ces déplacés internes ?

La question des déplacés internes est suffisamment sérieuse. Quand on voit des milliers de personnes, fuir des localités où elles sont nées et grandi, ...

12/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





23:03:45