Attaques terroristes au Niger, le 16 décembre renvoyé en 2020

13/12/2019
00:00

Comme s’il n’attendait qu’une occasion pour remettre à plus tard la rencontre qui devait se tenir à Pau le 16 décembre prochain, le président français a prétexté l’attaque meurtrière au Niger pour le renvoyer en début 2020. Alors que ce sommet entre lui et les 5 chefs d’Etat des pays du G5 Sahel devait permettre à chaque partie de clarifier et de définir sa position par rapport à la lutte contre le terrorisme et la présence française au Sahel.

En effet, ce sommet qui devait être celui de la vérité n’aura certainement plus l’importance qu’il devait avoir. Les chefs d’Etat du G5 sahel, auxquels le président français a demandé de clarifier leurs positions avaient des choses à dire. Ils avaient même prévu de se rencontre (à en croire le président Roch Marc Christian Kaboré) le 15 décembre pour coordonner leurs points de vue. Afin d’aller parler d’une seule voix face à Emmanuel Macron.

Du reste, en renvoyant ce sommet à une date ultérieure (même si c’est en début d’année 2020), le président français fait durer le suspens. Mieux, les terroristes n’attendent alors qu’apparemment (si l’on doit tenir compte de l’objet même du sommet), les positions ne sont pas claires entre la France et les pays du G5 Sahel. Dont les populations, notamment au Niger, au Mali et au Burkina Faso n’hésitent plus à dénoncer le double-jeu (à tord ou à raison) de la France dans la lutte contre les terroristes.

Les populations des pays concernés n’arrivent pas à comprendre que malgré la présence française (4500 hommes et du matériel technologique de guerre important et de pointe), les attaques terroristes se multiplient et sont de plus en plus meurtrières. Il est évident qu’avec cette attaque qui a fait 71 morts dans les rangs des soldats nigériens, le sentiment an-française ira crescendo. Et ce ne sont pas, comme l’a dit Siaka Coulibaly dans l’une de nos éditions, les engagements de nos chefs d’Etat qui viendront freiner ce sentiment anti-français. Dans tous les cas, si ce report doit permettre de clarifier davantage les positions afin d’être plus efficace, autant en profiter.

Dénis Dafranius SANOU



168
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Crise foncière, comme s’ils n’en ont plus peur

Tout le monde est unanime, la prochaine crise qui va secouer sérieusement et durablement le Burkina Faso, c'est bien la crise foncière. Malgré la sensi...

05/06/2020

Présidentielle et législatives, l’opposition coince le pouvoir

La présidentielle et les législatives se tiendront à bonne date. Avait déclaré Simon Compaoré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP...

04/06/2020

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:20:39