L’histoire de la fille d’une folle

13/12/2019
00:00

Chantou est aujourd’hui directrice d’une société de la place. Elle qui a connu une enfance pénible à cause de la maltraitance familiale, est aujourd’hui heureuse. Son père qui la maltraitait, ne vit aujourd’hui que grâce à ses bons soins. Fille d’une mère mentalement malade, Chantou a traversé des moments très difficiles dans sa propre famille.

La mère de Chantou est mariée à un homme, époux de trois autres femmes et père d’une vingtaine d’enfants dont Chantou. A cause de la maladie mentale de la mère de Chantou, son père l’avait délaissée après plusieurs soins, sans pouvoir la guérir. La pauvre dame et sa fille étaient les deux bouc-émissaires de la famille. Tous les actes incongrus ou dégâts dans la concession leur étaient attribués. Si bien que le chef de famille a fini par qualifier Chantou et sa mère de porte-malheurs. Ne pouvant plus supporter la situation, Chantou décide de partir de la cour familiale. Mais l’amour pour sa mère qui ne mangeait à sa faim que grâce à elle, l’a retenue. Bien qu’elle soit mentalement malade, la mère lui prodiguait des conseils et la bénissait sans cesse. Comme quoi, «le malade mental est celui qui a tout perdu sauf la raison». L’histoire de cette «folle» et mère nous le prouve.

«Dieu ne laisse pas mourir les oiseaux du ciel. Si tu penses que tu as tout perdu, c’est tant pis pour toi. Qui t’a dit que tes bourreaux (parlant des membres de la famille) tiennent ton avenir entre leurs mains? A chacun son tour chez le coiffeur. Prends ton mal en patience et attends l’heure de Dieu…». Tels sont des propos que la folle ne cessait de tenir pour encourager sa fille. Chantou n’accordait même pas d’importance aux propos de sa mère. Car pour elle, sa mère «parlait pour parler», seulement. Surtout que la situation de Chantou évoluait de mal en pis.

A défaut de quitter la famille, elle finit par faire de la lessive son job. Elle allait de concession en concession, à la recherche de linge pour «avoir pour elle», pour parler comme nos frères ivoiriens. Ce travail l’a conduite sur le chemin d’un couple d’expatriés. Le couple fit connaissance de la mère de Chantou qu’il a aussi adoptée malgré sa maladie. Chantou et sa mère sont devenues des membres de la famille du couple en question. Malheureusement, la mère de Chantou sera emportée par l’eau d’une forte pluie quelques mois après cette nouvelle vie.

Le couple prend soin de Chantou qui finit par être leur fille adoptive. Désormais entre deux avions, Chantou est devenue une femme d’affaires avec la complicité de ses parents adoptifs. C’est ainsi qu’elle a pu se faire de l’économie. Aujourd’hui, Chantou est Présidente directrice générale (PDG) d’une société de la place. Elle a beaucoup d’argent selon notre source. Et sa famille d’origine est aujourd’hui très démunie. Son père ne vit aujourd’hui que grâce à elle. Comme quoi, Dieu a le dernier mot dans notre vie. «Si tu peux attirer l’attention des gens par la force de tes pieds au sol, n’oublies pas que tu peux aussi marcher sur la pointe des pieds pour ne pas te faire sentir», dit Patrick Ilboudo, écrivain burkinabè.

Souro DAO/ daosouro@yahoo.fr



35
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Roch peut-il satisfaire tout le monde individuellement?

Les Burkinabè voulaient que le président Roch Marc Christian Kaboré parle. Il a parlé. Ils voulaient qu'il prenne des mesures d'accompagnement après les ...

06/04/2020

Maladie à Coronavirus, vaincre ou périr

Les Burkinabé (malheureusement c'est le cas dans plusieurs pays africains), attendent des pouvoirs publics qu'ils trouvent non seulement les remèdes à la...

03/04/2020

Gouvernement et syndicats, on vous avait prévenus

La grande majorité des observateurs avisés avaient soutenu que si l'application de l'IUTS sur les indemnités et primes des travailleurs du public et ...

02/04/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





17:08:05