Hubert Bazié de l’opposition : «Kemi Seba a dit vrai quant il parle de l’incompétence du pouvoir»

27/12/2019
00:00

Le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) représenté par Jean Hubert, président de l’Espoir et Yumali Lompo président du PNDS était face à la presse le mardi 24 décembre 2019 pour parler de l’arrestation de Kemi Seba à Ouagadougou et d’autres sujets liés à l’actualité nationale.

 

Sur l’affaire Kémi Seba, président de l’ONG «Urgences panafricanistes», Jean Hubert Bazié, a relevé que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti au pouvoir, «est victime de son hypocrisie et de son double jeu avec la France». En effet, il a été arrêté le 2 décembre dernier et gardé à vue par la gendarmerie nationale burkinabè pour avoir injurié le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Selon l’avocat de l’activiste,Me Prosper Farama, il lui est reproché des injures à l’encontre du Chef de l’Etat burkinabè, des tentatives de démoralisation de ceux qui se battent contre le terroriste. Pour l’opposition politique l’activiste «a dit vrai». Les conférenciers estiment que Kemi Seba avait tenu les mêmes propos au-delà de nos frontières mais le Président du Faso lui a ouvert les portes de son palais.

En ce qui concerne l’IUTS sur les indemnités, le CFOP pense que l’IUTS sur les indemnités aura de graves conséquences. L’opposition politique rejette cette décision du gouvernement. Elle affirme qu’en réalité c’est pour boucher le trou que le gouvernement lui-même a creusé.

Quant à la nouvelle monnaie «ECO», Hubert Bazié note que sa création est un premier pas symbolique dans l’indépendance monétaire de l’UEMOA. Toutefois, l’arrimage à la même monnaie, qu’eu l’Euro pose toujours problème. Mais il se réjouit de ce qu’un premier pas sera bientôt franchi. Par ailleurs, le CFOP, condamne la patrimonialisation des liens diplomatiques entre le Burkina et la Chine populaire. Pour cette raison, l’opposition exhorte la République populaire de Chine à orienter ses soutiens au bien-être des Burkinabè et au développement du Burkina tout entier au lieu de soutenir un parti politique.

Maïmounata BANDAOGO  (Stagiaire)



42
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Bobolais veulent leur hôpital «chinois»

Après le rétablissement de la relation diplomatique, en mai 2018, le Burkina Faso et la République populaire de Chine œuvrent de façon inlassable pour le...

21/02/2020

Et l'IUTS sur les indemnités du public refait surface

La loi de finances 2020 a inscrit la perception de l'Impôt unique sur les traitements et salaires sur certaines indemnités des agents de la Fonction publ...

20/02/2020

Si j'étais responsable d'un parti politique…

C'est une coutume politique au Burkina Faso. A l'approche de chaque consultation électorale (et parfois quand la tension politique monte sur certaines ques...

19/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:52:15