Donnez-nous les «armes» aux médias, ils lutteront contre les terroristes

30/12/2019
00:00

Le traitement actuel de l’information africaine par les médias internationaux, notamment les médias français que sont particulièrement Radio France internationale et la télévision France24 n’est pas du goût de nos autorités. Surtout dans le contexte actuel du terrorisme. Deux ministres et non des moindres puisqu’il s’agit de ceux de la Défense nationale et des Anciens combattants et de la Communication, Chargé des Relations et le Parlement, Porte-Parole du gouvernement. Ils ne sont pas contents parce que RFI, surtout, ne fait pas assez les éloges de nos forces de défense et de nos soldats quand ils neutralisent des terroristes. Préférant plutôt parler des victimes civiles et militaires dans les rangs de «nos» soldats. Sans le nommer, le ministre de la Communication a même signifié dans un post sur les réseaux que lorsque sur les ondes de RFI, les journalistes parlent des soldats français tués, ils disent «nos soldats». Quand il s’agit des Forces de défense et de sécurité burkinabè, ils disent «les soldats burkinabè». Un détail, mais important. Le ministre est d’autant moins content parce que le correspondant de RFI au Burkina est un Burkinabè. Aussi, doit-il dire «nos soldats» même si c’est sur les ondes d’un média qui n’est pas burkinabè.

Ce qui est curieux et assez surprenant, c’est que les deux ministres ont été des journalistes avant d’aller au gouvernement. C’est encore plus curieux et surprenant que c’est maintenant qu’ils se rendent compte que les médias internationaux dont il est question, ne traitent pas les informations africaines comme eux, dirigeants le voudraient. A quelque part, on pourrait dire, que c’est bien fait pour eux. Se souviennent-ils du traitement que les mêmes médias avaient accordé à la mutinerie en 2011? Quel traitement avaient-ils accordé à l’insurrection populaire? Et le coup d’Etat de Gilbert Diendéré, se souviennent-ils de ce qu’en disait RFI et France24? L’angle de traitement, donc la ligne, n’a pas changé. Ça ne doit surprendre personne.

Ce qui est surprenant, une fois de plus, c’est le fait que nos dirigeants ont beaucoup plus confiance à ces médias internationaux qu’aux médias nationaux, dont ils sont souvent promoteurs. C’est là que réside toute la question. RFI et France24, tout comme BBC, La Voix de l’Amérique, CNN, CGTN et autres, n’ont pas été créées pour chanter les louanges de nos roitelets. Mais les intérêts de ceux qui les ont créées. C’est une injure à eux faite de dire que nos ministres ne le savent pas. Si bien qu’on a envie de dire: «vous avez des médias nationaux, faites-leur confiance. Donnez-leur l’information et vous verrez ce qu’ils en feront». Ils ne sont pas moins patriotes que vous; ils ne sont pas moins patriotes que ceux qui se battent sur le terrain pour protéger les populations. Ils savent très bien que le pays est en guerre et qu’ils doivent prendre part à cette guerre, avec leurs plumes, leurs micros et leurs caméras. Ils en sont très conscients. Essayez et vous n’aurez plus besoin que vos «griots» viennent d’ailleurs.

Dabaoué Audrianne KANI

 



33
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Bobolais veulent leur hôpital «chinois»

Après le rétablissement de la relation diplomatique, en mai 2018, le Burkina Faso et la République populaire de Chine œuvrent de façon inlassable pour le...

21/02/2020

Et l'IUTS sur les indemnités du public refait surface

La loi de finances 2020 a inscrit la perception de l'Impôt unique sur les traitements et salaires sur certaines indemnités des agents de la Fonction publ...

20/02/2020

Si j'étais responsable d'un parti politique…

C'est une coutume politique au Burkina Faso. A l'approche de chaque consultation électorale (et parfois quand la tension politique monte sur certaines ques...

19/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





02:12:58