Chefferie traditionnelle : Le trône de Kuini de nouveau occupé après 50 ans

31/12/2019
00:00

L’apport des chefs traditionnels dans la recherche de la paix et la résolution de préoccupations diverses, a redonné une autre dimension à la chefferie traditionnelle. Dans le canton de Guéna, autrefois scindé en deux parties (Guéna et Kuini), seul un canton, notamment celui de Guéna était fonctionnel. Plus de 50 ans après, la nécessité de rendre fonctionnel le canton de Kuini a permis d’occuper de nouveau, le trône dudit canton. Le nouvel occupant a été présenté le samedi 29 décembre 2019, à Sa Majesté des Bobo mandarê.

 

Une forte délégation conduite par Sa Majesté Santa Ernest Traoré, chef de canton de Guéna à Bobo-Dioulasso. L’objectif, présenter non seulement, le chef de Kuini, nouvellement élu à Sa Majesté Sidiki Sanou, chef des Bobo mandarê; mais aussi festoyer avec des ressortissants Toussian résidant à Bobo-Dioulasso. Le trône de Kuini, resté inoccupé pendant plus de 50 ans, est de nouveau occupé par un nouveau chef. Sa Majesté des Bobo mandarê avait été avisée de son élection. «Dans l’ordre normal des choses, ayant avisé le chef de canton de la contrée bobo, il était logique qu’on vienne lui présenter physiquement le nouveau chef en la personne de Sa Majesté Siaka Ouattara. Le canton de Kuini est né sous mon grand père. Ceux de Kuini étant nos parents à plaisanterie, il nous était interdit de les frapper ou leur imposer une quelconque décision. C’est pourquoi mes grands parents ont autorisé qu’ils aient leur canton, pour que la fraternité vive entre nous. Le nouveau chef est élu il y a bientôt 4 mois. Nous avons juste fait le cérémonial d’installation. Après les récoltes, nous sommes donc venus le présenter au chef suprême des Bobo, avant de festoyer avec nos fils et filles qui résident ici à Bobo». Telles sont des explications données par Sa Majesté Santa de Guéna. La présentation du nouveau chef à Sa Majesté à Dioulasso-bâ était ponctuée de bénédictions et de la musique traditionnelle pour exprimer l’importance de la démarche du jour. C’est donc une délégation bénite et rassurée par des mots d’encouragement et surtout d’accompagnement du chef suprême des Bobo mandarê qui est allée à la rencontre de la communauté Toussian de Bobo.

Une symbiose pour la paix

La forte délégation venue de Guéna et de Kuini, était composée de Toussian, de Peulh, de Mossi, de Samo, de Sénoufo… L’objectif étant de traduire le bon vivre-ensemble dans les cantons de Guéna et de Kuini. Une symbiose saluée en sa juste valeur par Sa Majesté Sidiki Sanou, qui a encouragé cette belle communion. Cependant, il a invité chaque partie à reconnaître sa place. Autrement dit, que l’autochtone soit respecté comme tel. Que l’allogène reconnaisse aussi qu’il y a un autochtone en cas de besoin, pour que le vivre-ensemble soit une paix garantie. La symbiose au sein de la communauté Toussian est une réalité de longue date. En effet, selon Sa Majesté Santa Ernest Traoré, les Toussian sont les premiers à être organisés à Bobo-Dioulasso, pour des intérêts communs. «Dans la ville de Bobo-Dioulasso, la première communauté à pouvoir se regrouper, est celle des Toussian et c’était sur le boulevard qui n’était pas encore bitumé. C’était sous le vieux Diflan Traoré et le commissaire Sam. Depuis la mort de Diflan suite à crise cardiaque, la communauté ne s’était plus retrouvée. Si nous arrivons à reprendre nos retrouvailles, ce serait une très bonne chose. C’est pourquoi, je lance un appel aux jeunes Toussian, de faire valoir cette appellation. Un Toussian n’a qu’une parole donnée. Et le mot «Toussian» est un juron. Quand un «Tou-sian» est prononcé, c’était le mot de la fin. Il faut donc que les jeunes redonnent ce sens profond à la communauté, pour qu’on puisse se retrouver continuellement pour des actions communes».

Souro DAO



22
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

L’incivisme est frère jumeau de la corruption

La gangrène est bien plus profonde, étendue et grave qu'il n'y paraît. Et même si le maire de Bobo-Dioulasso s'énerve contre sa police administrative e...

29/01/2020

«Ma part de vérité», Jean-Baptiste devrait-il se taire ?

Un homme politique bien averti m'avait prévenu que pour savoir que Thomas Sankara est «vénéré», et même «sacralisé», il fallait se rendre en dehors du ...

28/01/2020

Ainsi les week-ends seront politiques jusqu’à ce que...

En attendant que la date des élections couplées (présidentielle et législatives) soient fixées et que celle de la campagne le soit, les états-majors de...

27/01/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





19:02:01