Côte d’Ivoire 2020 : le flou d’Alassane Ouattara face aux diplomates

07/01/2020
00:00

Partira, partira pas? C’est la question qui demeure, quant à la candidature du président ivoirien à l’élection présidentielle d’octobre 2020 au bord de la lagune Ebrié. Ceux qui caressaient l’espoir de voir le voile levé ce lundi 6 janvier 2020, resteront sur leur faim. Ce jour, a lieu la présentation de vœux au président Ouattara. Et bien, le président Ouattara renvoie ces convives avec leur interrogation. En effet, selon le confrère Abidjan.net qui publie sur son site web hier, lundi 6 janvier, que le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a annoncé: «Dans le courant du premier trimestre 2020, je proposerai au Parlement des modifications de la Constitution de la troisième République, il ne s’agit pas de caler qui que ce soit. Tout le monde pourra être candidat y compris moi-même». «Pour la rendre plus cohérente et tenir compte des observations que j'ai reçues depuis lors du comité de rédaction de la Constitution», précise l’APA (Agence de presse africaine). Sic! Mais, le président Ouattara ne précise pas sur quels points de la Constitution, ces modifications porteraient. Se bornant à dire à son illustre auditoire (diplomates, présidents d’institutions, hauts-cadres des armées, ministres et autres représentants des corps constitués), «sa détermination à faire respecter le fonctionnement normal de toutes les institutions de la République avec la plus grande rigueur», selon les termes du média en ligne Abidjan.net.

Ces propos du président ivoirien, laissent perplexe. Car, dire qu’il «ne s’agit pas de caler qui que ce soit», ressemble bien à un mensonge éhonté. En effet, le président Ouattara et son clan font exactement le contraire de ce que le président sortant déclare. Sans sourcier! Le sort réservé à Guillaume Soro est une preuve patente de la volonté du président sortant d’écarter tout candidat susceptible de lui barrer la route ou à son éventuel poulain. Cette histoire à dormir débout de mandat d’arrêt international contre lui, n’est qu’une farce politicienne. Parce que Monsieur Ouattara a littéralement peur d’affronter dans les urnes, l’intrépide jeune loup de la scène politique ivoirienne qu’est Guillaume Soro. Les sieurs Blé Goudé et Laurent Gbagbo sont traités de la même manière par le pouvoir d’Abidjan. Effrayé de voir Blé Goudé débarquer dans son pays avant l’élection présidentielle et de vouloir briguer la magistrature suprême, les tenants du pouvoir l’ont fait condamner en justice avec privation de ses droits civiques. Sait-on jamais! Quant à l’ancien président Laurent Gbagbo, s’il ne peut pas rentrer dans son pays, c’est bien parce qu’Alassane Dramane Ouattara est à la manœuvre. Par une réclamation expresse auprès de la CPI, pour vérifier on ne sait quoi. Là aussi, il ne s’agit que d’une démarche dilatoire pour le maintenir loin d’Abidjan. Parce que lui aussi pourrait lorgner le fauteuil présidentiel. Son ancienne chose! Cela, l’actuel locataire du palais de Cocody ne veut pas en entendre parler.

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

 



14
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

L’incivisme est frère jumeau de la corruption

La gangrène est bien plus profonde, étendue et grave qu'il n'y paraît. Et même si le maire de Bobo-Dioulasso s'énerve contre sa police administrative e...

29/01/2020

«Ma part de vérité», Jean-Baptiste devrait-il se taire ?

Un homme politique bien averti m'avait prévenu que pour savoir que Thomas Sankara est «vénéré», et même «sacralisé», il fallait se rendre en dehors du ...

28/01/2020

Ainsi les week-ends seront politiques jusqu’à ce que...

En attendant que la date des élections couplées (présidentielle et législatives) soient fixées et que celle de la campagne le soit, les états-majors de...

27/01/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





19:01:09