Remis Dandjinou, ministre de la Communication : «Ce n’est pas une grenade qui a explosé à Tampouy, mais un engin explosif»

10/01/2020
00:00

Pour le premier point de presse du gouvernement de l’année, tenu ce jeudi 09 janvier 2020, le ministre de la Communication Remis Dandjinou, a répondu à trois questions d’actualité. Ces préoccupations des professionnels de l'Information et de la Communication ont porté sur les pistes à privilégier dans l'incident de Tampouy survenu le mercredi dernier. Il a été question de la rencontre de Pau en France qui doit se tenir le lundi 13 janvier 2020 et de la grève annoncée des chauffeurs routiers du Burkina Faso.

En abordant la question sur l'explosion dans une école à Tampouy plus précisément dans le quartier Marcoussis, le ministre de la communication indiquera que ce n'est pas une grenade comme repris par l'ensemble des médias mais plutôt un engin explosif non encore identifié. Les experts travaillent toujours pour déterminer sa nature. Ce qui est sur c'est que l'enfant avait ça en main quand ça explosé. Et selon les experts, si c’était une grenade on n’allait pas retrouver l'enfant en entier après l'explosion. De l'avis du ministre de la Communication, il y a eu plusieurs hypothèses, on se demande si quelqu’un ne leur a pas remis ça ou de façon intentionnelle, ou ils ont ramassé ça.Concernant la rencontre de Pau en France où les chefs d’États et de gouvernement du G5 Sahel iront pour discuter avec le président Français, Remis Dandjinou, indiquera qu’il y a eu une rencontre à Niamey où ils ont affirmé leur position puis une autre à Ouagadougou pour affiner un certain nombre de points de vue. Pour lui, les chefs d’États l'ont dit, on a besoin d'assumer notre sécurité, mais on ne peut pas le faire sans la collaboration internationale. Il y a, dira-t-il deux points sur la table à savoir la question du relèvement du niveau d’intervention de la MUNISMA, et la dotation effective du G5 Sahel. «Sinon, personne ne va en rang disperser. En ce qui concerne la grève annoncée des chauffeurs routiers, l’information circulait que les acteurs ont trouvé un accord avec le Premier ministre, mais cet accord a été rejeté par la base. Le ministre de la Communication ajoutera que les discussions se poursuivent pour ne pas atteindre les 72 heures prévues.

Firmin OUATTARA



23
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Bobolais veulent leur hôpital «chinois»

Après le rétablissement de la relation diplomatique, en mai 2018, le Burkina Faso et la République populaire de Chine œuvrent de façon inlassable pour le...

21/02/2020

Et l'IUTS sur les indemnités du public refait surface

La loi de finances 2020 a inscrit la perception de l'Impôt unique sur les traitements et salaires sur certaines indemnités des agents de la Fonction publ...

20/02/2020

Si j'étais responsable d'un parti politique…

C'est une coutume politique au Burkina Faso. A l'approche de chaque consultation électorale (et parfois quand la tension politique monte sur certaines ques...

19/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:13:45