Union et cohésion nationale : Vœux des autorités coutumières et religieuses

13/01/2020
00:00

Le vendredi 10 janvier 2020, les autorités coutumières et religieuses ont présenté leurs vœux à leurs pairs et à la nation entière. En cette nouvelle année, les autorités coutumières et religieuses ont formulé des vœux de paix, de santé, et surtout de la cohésion nationale pour faire face aux violences que subit le pays. C’était à la cour royale de Sa Majesté le Mogho Naaba Bâongo.

«A tous les fils et filles du Burkina Faso, nous lançons un appel à l’union et à la cohésion nationale contre les violences que subit notre pays». Comme chaque nouvelle année, il est de coutume pour les chefs coutumiers et les chefs religieux de formuler leurs vœux à leurs fidèles, pour cette année de 2020, la coutume a été respectée, mais sous une même ombre. Animistes, catholiques, protestants et musulmans se sont tous réunis chez le chef suprême des Mossis, le Mogho Naaba Bâongo, pour les vœux du nouvel an. En effet, le souhait pour les chefs coutumiers et religieux pour cette nouvelle année, est que les Burkinabè marchent sur le chemin de la paix. En effet, on ne peut parler de prospérité ou de bonheur s’il n’y a pas la paix. C’est pourquoi en cette nouvelle année, les autorités coutumières et religieuses pensent que les dirigeants politiques doivent ranger leur égoïsme politique et travailler main dans la main pour la restauration de l’autorité de l’Etat et œuvrer pour le retour de la paix. Au peuple burkinabè, les chefs coutumiers et religieux l’appellent à la cohésion nationale pour faire face à la violence que subit le Burkina Faso. «Nous nous engageons à promouvoir à tous les niveaux le dialogue inter-religieux élargi à la base, à travailler pour dépasser l’ignorance de l’autre dans sa croyance et ses us et coutumes afin de transcender la méfiance mutuelle et développer une confiance réciproque», s’engageaient les autorités coutumières et religieuses à l’occasion de la nouvelle année. En fin, les chefs coutumiers et religieux ont souhaité une collaboration renforcée entre les autres Etats de la sous-région et l’international pour un développement socio-économique harmonieux, car c’est ensemble qu’on est plus fort.

Aubin OUEDRAOGO



8
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

L’incivisme est frère jumeau de la corruption

La gangrène est bien plus profonde, étendue et grave qu'il n'y paraît. Et même si le maire de Bobo-Dioulasso s'énerve contre sa police administrative e...

29/01/2020

«Ma part de vérité», Jean-Baptiste devrait-il se taire ?

Un homme politique bien averti m'avait prévenu que pour savoir que Thomas Sankara est «vénéré», et même «sacralisé», il fallait se rendre en dehors du ...

28/01/2020

Ainsi les week-ends seront politiques jusqu’à ce que...

En attendant que la date des élections couplées (présidentielle et législatives) soient fixées et que celle de la campagne le soit, les états-majors de...

27/01/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





19:00:01