Sit-in des syndicats de l’Education des Hauts-Bassins : Le pourquoi de la colère des agents contre la Direction

14/01/2020
00:00

Le sit-in ordonné par la Coordination des syndicats de l’éducation des Hauts-Bassins (CRSE) a connu la participation de centaines de militants. La Direction régionale de l’Enseignement post-primaire et secondaire (DREPS) des Hauts-Bassins affirme pour sa part que des efforts ont été consentis pour satisfaire ces partenaires sociaux et regrette ces mouvements d’humeurs en cette période sensible de la vie nationale. Genèse de cette mésentente telle que présentée par les syndicats.

 

Par lettre en date du 1er octobre 2019, relative à l’allocation de la deuxième tranche au taux revalorisé des indemnités de logement et des indemnités spécifiques, le MENAPLN invitait ses structures centrales et déconcentrées à prendre toutes les dispositions nécessaires afin que l’opération soit effective. Une seconde lettre suivait le lendemain 02 octobre 2019, précisant que le traitement de ladite tranche se fera à la Direction des Ressources Humaines pour les agents du Centre et dans les directions régionales (DREPS et DREPPNF) pour les autres. Selon la missive, les différents responsables devaient veiller à faciliter la délivrance des certificats administratifs collectifs ou individuels et à leur acheminement par voie hiérarchique aux services traitants. A la lecture de ces lettres, le 17 octobre 2019, la Coordination des syndicats de l’éducation des Hauts-Bassins (CRSE) demande audience auprès des directeurs régionaux (DREPS et DREPPNF) pour s’enquérir des mécanismes de traitement des indemnités et prévenir les éventuelles difficultés auxquelles les agents traitants pourraient être confrontés. Malgré ces démarches des syndicats, seulement une partie infime des agents ont pu bénéficier à ce jour du traitement des indemnités dans la région. Les autres attendent la suite réservée à leurs dossiers («acceptés» ou «rejetés» et «à reprendre») avec toutes les frustrations que cela implique. Le 28 novembre 2019, les organisations syndicales de l’Education adressent une correspondance sur ces difficultés liées au traitement des dossiers de la deuxième tranche de l’indemnité de logement et l’indemnité spécifique au profit des agents du Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN). Ils ne reçoivent pas de réponse!

Silence des autorités régionales et réaction des syndicats

D’où l’invite de la Coordination des Syndicats de l’Education des Hauts-Bassins (CRSE) à l’ensemble de ses militants pour des actions plus audibles! Une assemblée générale le vendredi 10 janvier 2020 à partir de 08 à la Bourse de travail de Bobo suivi d’un sit-in le lundi 13 janvier 2020 de 07 heures à 11 heures à la Direction régionale de l’Enseignement Post-Primaire et Secondaire (DREPS) des Hauts-Bassins. Les militants répondent par une présence massive. Ils étaient des centaines ce lundi matin à la Direction Régionale de l’Enseignement Post-Primaire pour exiger«l’arrêt immédiat et sans conditions de la condition de demande pour bénéficier de la deuxième tranche de l’indemnité de logement et l’indemnité spécifique; Le traitement de ces indemnités sur la base des certificats administratifs collectifs et l’arrêt de toutes formes de mépris vis-à-vis des partenaires sociaux». Des slogans indignés fusaient des mégaphones (hauts parleurs) contre le Direction régionale qui aurait bloqué les dossiers. Approché, l’intéressé, Paré Prosper Henry, s’est expliqué sur la question à notre micro. De ses propos, on peut retenir pour l’essentiel qu’il affirme qu’il n’y a aucune mauvaise foi de la part de la Direction, ni aucune volonté de retarder expressément les dossiers. La direction se montre ouverte à la prise en compte de certaines exigences des syndicats dans la constitution du dossier de demande. Les difficultés seraient plutôt liées à une question de temps, les retards étant liés en partie à la période de vacances de fin d’année et au fait que le personnel en charge du traitement des dossiers est limité en nombre. Il reste 1500 dossiers à traiter suivant le circuit normal de l’administration. Seulement deux personnes possèdent le code de traitement et une seule personne est en possession du code de validation. En plus de cela, il faut compter avec les interruptions de connexion internet qui retardent davantage le traitement des dossiers, affirme le Directeur régional. Les deux parties se sont rencontrées le 7 janvier dernier pour parler du traitement diligent de la deuxième tranche des indemnités de logement, des indemnités spécifiques et de l’abandon du dossier constitutif de la demande dans sa première version. Ces points n’ont pas fait objet d’un consensus total à l’issue de cette rencontre. La Direction soutien qu’elle aurait souhaité faire plus face aux récriminations en plus des efforts déjà consentis, si cela était possible. Elle trouve que ces sit-in sont regrettables dans une période aussi sensible en matière de sécurité.

Synthèse: Sibiri SANOU



8
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

L’incivisme est frère jumeau de la corruption

La gangrène est bien plus profonde, étendue et grave qu'il n'y paraît. Et même si le maire de Bobo-Dioulasso s'énerve contre sa police administrative e...

29/01/2020

«Ma part de vérité», Jean-Baptiste devrait-il se taire ?

Un homme politique bien averti m'avait prévenu que pour savoir que Thomas Sankara est «vénéré», et même «sacralisé», il fallait se rendre en dehors du ...

28/01/2020

Ainsi les week-ends seront politiques jusqu’à ce que...

En attendant que la date des élections couplées (présidentielle et législatives) soient fixées et que celle de la campagne le soit, les états-majors de...

27/01/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





18:58:57