Relation entre la France et les pays du G5 Sahel : Enfin les positions clarifiées à la rencontre de Pau

15/01/2020
00:00

Le lundi 13 janvier dernier a été marqué par cette fameuserencontre des chefs d’Etats des pays du G5 Sahel à Pau. Un sommet convoqué par le président français Emmanuel Macron en vue de permettre au cinq dirigeants des pays du G5 Sahel de clarifier leurs positions sur la présence des troupes françaises au Sahel.

 

Tout est maintenant claire pour le président français Emmanuel Macron. Il connait désormais la position des chefs d’Etats du G5 Sahel. En effet, dans un communiqué publié, les dirigeants des pays du G5 Sahel notamment le Burkina Faso, le Mali, le Niger, la Mauritanie et le Tchad ont exprimé leur souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel et ont plaidé pour un renforcement de la présence internationale à leurs côtés. Ils ont également exprimé leur reconnaissance à l’égard de l’appui crucial apporté par les Etats-Unis et ont exprimé le souhait de sa continuité. Les chefs d’Etat ont salué les actions déjà menées et ont souligné le besoin d’une plus grande coordination dans la mise en œuvre des initiatives en cours au Sahel et d’un engagement international renforcé. A cet effet, Emmanuel Macron a affirmé que «220 soldats français seront envoyés au Sahel pour renforcer la force Barkhane». Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, président en exercice du G5 Sahel tout en rappelant les priorités de l’organisation, attend de voir de résultats rapide et concrets sur le terrain. Selon Roch Marc Christian Kaboré, la lutte contre le terrorisme au Sahel repose sur quatre piliers qui doivent désormais guider l’action du G5 Sahel et l’ensemble de ses partenaires dans le cadre de cette lutte. Il s’agit là de la volonté des chefs d’Etat de combattre ensemble tous les groupes armés terroristes actifs dans la zone, en concentrant leurs efforts militaires dans la zone des trois frontières sous le commandement conjoint des forces Barkhane et conjoint du G5 Sahel, en ciblant prioritairement l’EIGS (l’Etat islamique au grand Sahara). Aussi, il s'agit également derestaurer l’autorité de l’Etat sur l’ensemble des territoires nationaux, de renforcer les capacités des armées nationales et de travailler au développement dans le cadre de l’initiative P3S. Dans le même esprit, les chefs d'Etat en appellent aux partenaires internationaux à concrétiser leurs engagements pris en décembre 2018 à la conférence des donateurs de Nouakchott pour la mise en œuvre du Programme d'investissements prioritaires (PIP) du G5 Sahel. Rendez-vous est pris pour juin 2020 à Nouakchott où ils évalueront les décisions prises.

Moussa MINOUNGOU (stagiaire)

 



25
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Bobolais veulent leur hôpital «chinois»

Après le rétablissement de la relation diplomatique, en mai 2018, le Burkina Faso et la République populaire de Chine œuvrent de façon inlassable pour le...

21/02/2020

Et l'IUTS sur les indemnités du public refait surface

La loi de finances 2020 a inscrit la perception de l'Impôt unique sur les traitements et salaires sur certaines indemnités des agents de la Fonction publ...

20/02/2020

Si j'étais responsable d'un parti politique…

C'est une coutume politique au Burkina Faso. A l'approche de chaque consultation électorale (et parfois quand la tension politique monte sur certaines ques...

19/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:21:20