Coronavirus, une nouvelle occasion pour mieux isoler la Chine

31/01/2020
00:00

«Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale s'est alourdi à 170 morts jeudi en Chine, après un bond sans précédent du nombre quotidien de décès».

«Après les Américains et les Japonais, c'est au tour des Français de partir de Wuhan, coupée du monde depuis une semaine».

«En France, une cinquième personne, atteinte par ce coronavirus, a été hospitalisée».

«L'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a appelé le «monde entier à agir» face au nouveau coronavirus, tiendra jeudi (ndlr: hier 30 janvier) une réunion pour déterminer si l'épidémie «constitue une urgence de santé publique de portée internationale». En Côte d’Ivoire, c’est une jeune Ivoirienne rentrée de Chine qui fait l’objet d’une observation dans un centre où elle est isolée. Au Burkina Faso, on semble dire que des mesures ont été prises depuis l’aéroport pour détester tout cas suspect et riposter en cas de cas. En outre, dans plusieurs autres pays africains ou occidentaux, on fait croire que le péril est si grave qu’on prend des mesures fortes pour y faire face.

A voir de près, après avoir tenté de créer en vain des troubles en Chine à partir de Hong-Kong, la fièvre coronavirus semble être une belle occasion pour les détracteurs de la Chine de chercher à l’isoler davantage. Même si la vie est sacrée, et qu’une épidémie, quelle que soit son ampleur n’est jamais souhaitée et reste pour cela dangereuse, on a envie de se demander ce que représente 170 morts dans un pays de plus d’1,4 milliard d’habitants? Comme si la Chine et ses nombreux chercheurs, scientifiques et spécialistes de toutes ces maladies n’étaient pas en mesure de faire face à l’épidémie et de prendre en charge les éventuels cas, on procède au rapatriement de ses compatriotes. Et tout cela est médiatisé sur des chaînes de radios et de télévisions dont les motivations sont connues. Si ce n’est de l’hypocrisie, c’est tout comme. Une autre manière assez perfide, non seulement de chercher à répandre l’épidémie, mais aussi de se focaliser sur ces cas qu’on suspecte pour continuer d’en parler sur les ondes des mêmes radios et de télévisions qui n’ont jamais pardonné au pays du Dragon rouge son essor économique et son choix de forger lui-même et tout seul son destin.

Il est de notoriété publique que certains pays occidentaux (les «grandes gueules») n’ont jamais porté la Chine dans leur cœur. Parce que tout simplement, en quarante ans, elle a réalisé ce que certains pays d’entre eux, dits développés ou «puissances mondiales» ont réalisé pendant des centaines d’années ou n’ont jamais pu réaliser d’ailleurs. Heureusement que le pays du Dragon rouge est bien habitué à ces attaques.

A Hong-Kong, ils sont passés par tous les moyens pour créer le chaos et faire croire que la Chine n’est pas un pays de démocratie, un pays peu respectueux des droits de l’Homme. Ça n’a pas passé. Ça aussi, ça va passer et la Chine restera toujours grande et forte.

Dabaoué Audrianne KANI

 



20
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Que les intellectuels aient enfin le courage de diriger le pays!

Le bon sens a complètement foutu le camp au Faso! Alpha Barry, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a été obligé, à son corps défenda...

18/02/2020

Présidentielle de 2020, que de perspectives intéressantes!

Indiscutablement, si rien ne vient entacher le processus électoral (présidentielle et législatives du 22 novembre prochain, on peut dire que le Burkina F...

17/02/2020

Pascal Zaida et le MPCRN, les signes d’une douce rupture

Décidément, les choses ne collent pas au sein du Mouvement pour le plaidoyer, la cohésion sociale et la réconciliation nationale (MPCRN) que dirige Safia...

14/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





17:54:05