Intégration, citoyenneté et cohésion sociale : Le «dambe» des communautés nationales et africaines de Bobo-Dioulasso

03/02/2020
00:00

Tous unis pour la paix, contre la perte des valeurs essentielles et pour une cohésion nationale et interafricaine. On peut ainsi résumer la nuit culturelle de l’intégration qui a donné lieu à plusieurs expressions culturelles ce vendredi 31 janvier 2020 à la place de l’hôtel de ville de Bobo-Dioulasso. Autour des maires successifs de la ville et des maires invités à l’occasion de la Semaine communale de l’intégration, de la citoyenneté et de la cohésion sociale, SICCO BOBO DAMBE.

Ne l’oublions pas: Bobo-Dioulasso, capitale économique du Burkina Faso dont on attend beaucoup, est une ville carrefour à vocation sous-régionale, africaine. Une semaine communale sans mettre un point d’honneur à cet aspect de la cité resterait inachevée. C’est chose faite depuis ce vendredi: non seulement la Nuit culturelle inscrite au programme pour «renforcer l’intégration par la culture» a offert à des groupes artistiques de différentes régions du Burkina de prester librement et en plein air sur le podium de la cohésion dressé à cet effet sur la place de la mairie, elle a aussi donné lieu à un véritable défilé d’ensembles artistiques africains de plusieurs pays de la sous-région. Bénin, Mali, Togo, Côte-d’Ivoire, Sénégal, Nigeria, Guinée… Ces différentes prestations de danses et musiques africaines anciennes, préludent d’une SICCO faite pour tenir ses promesses au-delà d’une semaine annuelle: le renforcement des liens entre différentes communautés ethniques nationales et étrangères vivant dans cette ville, par l’exhumation de leurs trésors culturels de musiques et danses traditionnelles en voie de disparition. Le brassage par différentes compositions qui s’accompagnent bien, n’étant pas exclu, comme c’est souvent le cas entre cultures voisines. Les anciens maires de la ville qui ont pu faire le déplacement ont ensemble livré un message d’entente à tous, pour donner l’exemple auprès de l’actuel maire Bourahima Sanou: Jean Célestin Boyo Koussoubé et Alfred Sanou ont activement pris part à la soirée, l’un à côté de l’autre. Les maires de Dori et de Bouaké (Côte-d’Ivoire) ont également exprimé leur adhésion aux objectifs de la SICCO par leur présence effective, en encourageant vivement sa bonne continuation comme exemple de fraternité africaine entre leurs communes respectives. Nicolas Youssouf Djibo, maire de Bouaké: «J’ai passé une excellente soirée. Une soirée d’intégration et de cohésion. Je me suis senti chez moi, car ce que j’ai vécu ce soir me rappelle ma ville de Bouaké, qui est aussi une cité de nombreux peuples et communautés qui y vivent, comme à Bobo! J’ai grandement apprécié cette soirée culturelle que je viens de vivre!».

Sibiri SANOU



64
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Maladie à Coronavirus, vaincre ou périr

Les Burkinabé (malheureusement c'est le cas dans plusieurs pays africains), attendent des pouvoirs publics qu'ils trouvent non seulement les remèdes à la...

03/04/2020

Gouvernement et syndicats, on vous avait prévenus

La grande majorité des observateurs avisés avaient soutenu que si l'application de l'IUTS sur les indemnités et primes des travailleurs du public et ...

02/04/2020

Quarantaines, confinements, fermetures...jusqu’à quand?

Disons-nous la vérité. La question qui se pose n'est certainement pas celle de la quarantaine systématique, du confinement (volontaire ou forcé) ou encor...

31/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:50:45