«Louons maintenant les grands hommes qui n’ont pas de voix pour s’autoproclamer»

03/02/2020
00:00

Les lampions s’éteignent sur la première édition de la Semaine communale de l’intégration de la citoyenneté et de la cohésion sociale (SICCO), par une Nuit de récompenses symboliques au mérite reconnu. A tous ses bâtisseurs d’hier et d’aujourd’hui, Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays des Hommes intègres est reconnaissante. 18 trophées et 16 attestations ont ainsi été octroyés à des personnalités des milieux religieux, politique, social, sportif, économique et culturel. Certains sont aujourd’hui décédés ou moins connus que d’autres, du fait de leur retraite ou de leur retrait de la vie publique. La cour de la Maison de la culture a refusé du monde ce samedi 1er janvier 2020 à Bobo-Dioulasso. Une preuve évidente que les populations se sont approprié la manifestation. Trois ministres et des personnalités d’envergure comme le maire émérite Simon Compaoré (récipiendaire d’un trophée) ont honoré la cérémonie de clôture de leur présence. Des maires d’autres localités dont celui de Bouaké de la Côte d’Ivoire voisine, ont aussi fait le déplacement de Bobo-Dioulasso. La ville: une question importante au plan national dans le sens d’un espace de vivre-ensemble, à bâtir et préserver dans la paix sociale pour qu’il y fasse bon vivre sur la base de valeurs communes qui cimentent justement ce vivre-ensemble. Quels genres de villes souhaitent avoir dans notre pays ou sur notre continent africain, pour y vivre ensemble et y élever nos enfants? Quels exemples leurs donner en guise de repères humains, des hommes et des femmes imitables par leurs apports positifs à la communauté des hommes en général, sans considérations mesquines d’appartenances religieuses, ethniques, et même régionalistes? La vision de la Semaine communale, en ce sens, est d’une pertinence certaine et un gage de paix sociale dont tous perçoivent le caractère primordial. Pour une édition de lancement, cette première Semaine a été un succès. En décidant comme bouquet final, de reconnaître le mérite de ceux qui ont apporté une contribution significative au développement de la cité depuis ses débuts, le conseil municipal dirigé par le dynamique Bourahima Sanou a vu juste. Si Dambé (valeur, honneur en Dioula) il y a chez les uns et les autres, il faudra bien commencer par le reconnaître, et le magnifier à juste titre. Ce qui en soit est aussi un dambé, un mérite à reconnaître aux autorités municipales. Les nombreuses félicitations qui leurs ont été adressées par les intervenants au cours des différentes allocutions, ne sont certes pas feintes: il s’agira de les confirmer dans le temps au cours des prochaines SICCO. Tout en prenant les critiques en compte, qui ne devraient pas être proscrites ou négligées. L’exemplarité allant au-delà des actes ponctuels, pour s’étendre, pourquoi pas, sur la valeur éthique de l’homme ou la femme distinguée. Dans un contexte où on déplore la perte des valeurs, il ne faudrait pas finir par élever des non-valeurs en les auréolant de trophées moralement immérités. Améliorer sans cesse la désignation des «dambé», c’est aller dans le sens du progrès. Et aider à soigner le mal de «la morale qui agonise»! Déceler les valeurs humaines visibles ou peu perceptibles, c’est une marque d’estime des autres sans qu’ils aient à le proclamer sur tous les toits: «c’est moi qui ai fait ceci et cela!....». Comme dirait l’autre, «louons maintenant les grands hommes qui n’ont pas de voix pour s’autoproclamer». De quoi apaiser des cœurs déçus par le silence de l’oubli et encourager tant soit peu tous ceux qui, dans l’ombre, travaillent avec conviction non seulement pour eux-mêmes, mais pour toute la collectivité et parfois dans un sens purement altruiste.

Sibiri SANOU



40
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Maladie à Coronavirus, vaincre ou périr

Les Burkinabé (malheureusement c'est le cas dans plusieurs pays africains), attendent des pouvoirs publics qu'ils trouvent non seulement les remèdes à la...

03/04/2020

Gouvernement et syndicats, on vous avait prévenus

La grande majorité des observateurs avisés avaient soutenu que si l'application de l'IUTS sur les indemnités et primes des travailleurs du public et ...

02/04/2020

Quarantaines, confinements, fermetures...jusqu’à quand?

Disons-nous la vérité. La question qui se pose n'est certainement pas celle de la quarantaine systématique, du confinement (volontaire ou forcé) ou encor...

31/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:13:40