Intégration dans le secteur de la santé : Plus de 500 praticiens qualifiés «dans la nature»

07/02/2020
00:00

Le mercredi 05 février 2020, le comité de suivi de l’intégration et du mandatement des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes a animé une conférence de presse à Ouagadougou pour informer l’opinion publique nationale sur les difficultés que rencontrent ses membres. Ces difficultés sont liées à leur intégration et leur mandatement.

 

Des praticiens diplômés de la santé sont dans une précarité sans pareille. Selon le porte-parole du comité de suivi de l’intégration et du mandatement des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes Dr Djakaridja Soulama, «ce sont plus de 500 praticiens qualifiés qui sont dans la nature du fait des difficultés rencontrées dans le cadre de leur intégration». Certains ont été recrutés en décembre 2018 et les autres en mars 2019 par la Fonction publique burkinabè pour le compte du ministère de la Santé. «La grande majorité d’entre nous sont sans salaire après 14 mois pour certains et 11 mois pour d’autres, depuis notre recrutement», a laissé entendre le porte parole Dr Djakaridja Soulama. Ce qui les enfonce dans une situation de précarité sans précédent. Selon le porte-parole, «ce retard de prise de service engendrera à coup sûr d’importants dommages irréversibles sur leurs carrières respectives». Les tentatives de trouver des solutions à leur revendication sont restées sans suite. «Au cour de nos démarches, nous avons déposé une demande d’audience pour rencontrer le secrétaire général du ministère de la Santé. Il nous a reçus, mais ce qu’il nous a dit lors de la rencontre n’est pas différent des propos tenus par le directeur des ressources humaines du ministère. C’est toujours des promesses», a confié le porte-parole précisant ainsi que jusque-là, ils n’ont pas officiellement rencontré le ministre de la Santé. Pour les membres du comité, il est incroyable qu’«un pays qui manque de ressources humaines dans un secteur aussi sensible comme celui de la santé, puisse laisser plus de 500 praticiens dans la nature».

Moussa MINOUNGOU (stagiaire) 

13
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Que les intellectuels aient enfin le courage de diriger le pays!

Le bon sens a complètement foutu le camp au Faso! Alpha Barry, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a été obligé, à son corps défenda...

18/02/2020

Présidentielle de 2020, que de perspectives intéressantes!

Indiscutablement, si rien ne vient entacher le processus électoral (présidentielle et législatives du 22 novembre prochain, on peut dire que le Burkina F...

17/02/2020

Pascal Zaida et le MPCRN, les signes d’une douce rupture

Décidément, les choses ne collent pas au sein du Mouvement pour le plaidoyer, la cohésion sociale et la réconciliation nationale (MPCRN) que dirige Safia...

14/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





17:50:08